Essai rétro : La Honda VFR 750 .. !! La référence .. qui n’a pas vieilli !!

lundi 23 mai 2011
par  Hippolyte Duhameau
popularité : 11%

La Honda VFR .. la presse spécialisée n’a jamais tari les éloges à l’encontre de cette moto .. Ils furent souvent dithyrambiques sur la légendaire qualité de sa fabrication, sa tenue de route et sa fiabilité .. conséquence : son prix en occasion chute très peu.
Depuis des années elle reste « la reine », « la référence », « la moto quoi !! » ... Il nous fallait vraiment l’essayer . Nous avons trouvé un VFR 750 de 97, le dernier modèle avant le 800, qui n’avait pas loin de 80000 km ... Une bonne occase pour vous en parler.

Cette moto a incontestablement une vraie personnalité avec ses phares en amande et ses couleurs unies ... c’est la « Honda touch ». En occasion cette machine est appréciée par les motards plutôt tranquilles et désireux de trouver une bonne routière à prix correct en alternative à une BMW trop chère et moins typée sport. Certes, les couleurs sont plus ou moins réussies, le rouge est superbe, le violet beaucoup moins, mais les clignotants intégrés et le mono bras brevet Elf (comme la fameuse moto de course des années 80) renforcent son caractère atypique.

En montant dessus, on se rend compte que la selle est assez haute, mais on est tout de suite à l’aise. Les commandes tombent sous la main, la moto est équipée d’une bulle qui offre une bonne protection .. équipée en Airmax cela doit être le top. La position incite à l’attaque toutefois l’angle du flanc de carénage a tendance à heurter les genoux quand on manœuvre la moto à l’arrêt.

Contact. Pas mal de voyants s’allument : notamment un orange pour signaler que la béquille latérale n’est pas repliée, le vert du point mort et le voyant orange de la jauge à essence qui s’éteint dès que l’aiguille sort de la zone rouge. Eh oui, pas de robinet à chercher et à tourner en position d’équilibriste. C’est comme sur une auto ! Il y a même l’heure. Quand on y a goûté, c’est impossible de s’en passer : ça évite de remonter son gant en roulant pour essayer de regarder sa montre. Le klaxon est puissant, ce qui mérite d’être signalé, car ce n’est pas fréquent.

Starter (au guidon) poussé à fond, on appuie sur le démarreur. L’attaque est franche, ça tourne fort, et ça démarre sans problème même quand il fait - 5° et que l’engin est resté des jours sans tourner ( dixit son proprio ) . Il faut laisser chauffer un petit peu : quand elle est chaude, le régime s’accélère tout seul, signe qu’on peut couper le starter.

Le code réglementaire est encore commandé par un interrupteur .. merci pour notre roue libre de démarreur, il n’est que sur un seul phare. Le tableau de bord a des allures de sapin de Noël. Tout est parfaitement lisible même en pleine nuit à haute vitesse. Les aiguilles sont en fibre optique rouge et s’allument totalement.
Le compte tour blanc quand les phares sont éteints, devient vert ensuite. Les phares sont très efficaces et on trouve facilement les mollettes de réglage derrière l’optique.

La boîte est précise, et tous les rapports passent sans accrocher.

En ville c’est un vrai vélo, le moteur est très souple. Il cogne légèrement quand le régime est trop bas. On change de vitesse assez souvent, mais pas parce que le moteur manque de couple ou de souplesse. On fait on change uniquement parce qu’il accepte de rester à bas régime, et au lieu d’accélérer, on monte un rapport ! Sur le ralenti on peut accélérer franchement sans devoir rétrograder... et on est surpris de redescendre autant de rapports en s’arrêtant au feu !
A noter quand même que la position de conduite en appui sur les poignets est vraiment fatigante en ville. Et l’embrayage (hydraulique avec poignée réglable) est un peu dur et a tendance à fatiguer la main en usage intensif dans les bouchons.

Le rayon de braquage est inférieur à celui d’un roadster, mais on peut dire qu’il est largement supérieur à beaucoup de sportives …

En ville il va falloir s’attendre à une conso de l’ordre de 9 l/100 .. en usage routier cela va chuter considérablement avec un test à 6l au 100 en n’amusant pas le terrain.

Sur route, on écoute le sifflement des pignons de la distribution qui contribuent tant à la fiabilité du moteur, et le bruit rauque du moteur en V qui sera d’autant amplifié que vous en trouverez une équipée d’un pot adaptable .. la nôtre portait un Devil adaptable en position haute : un régal. On sent que tout tourne rond, que la mécanique est bien huilée, de bonne qualité. Pas de vibration…La machine est agile, soumise, facile en toutes circonstances. Il suffit de penser où on veut aller pour y aller. Sur chaussée dégradée, bosses, pavés, etc, il faut quand même être prudent. On est beaucoup secoué, et le simple fait d’être sur l’angle et de remettre du gaz sur les pavés, même avec des pneus sports et sans excès, peut vous faire faire quelques figures pas spécialement agréables. Par contre , si le revêtement est bien lisse .. RAS .. après discussion avec d’autre possesseurs nous en déduirons que le combiné de notre machine d’essai devait être quelque peu fatigué car la même moto équipée d’un EMC récent ne présentait aucun défaut même sur revêtement bien bosselé.
Avec la bulle haute, la protection est bonne, seuls les pieds sont au grand air car les jambes ne sont qu’à demi cachées par le carénage.

En duo, elle est aussi facile. Des vraies poignées permettent au passager de bien se tenir ( option ) et les kilomètres s’enchaînent sans problème et dans un confort qui, sans être celui d’un trail ou d’une GT reste somme toute très acceptable.

Sur autoroute, elle semble infatigable. Son 4 cylindre dispose d’un radiateur d’huile qui permet de maintenir une cadence élevée même en été sous de fortes chaleurs sans pour autant faire monter le moteur dans des températures excessives. Le coté sportif de la machine se ressent dès que l’on jongle avec la boite à six rapports car bien qu’il soit d’une remarquable douceur sur la première partie du compte tour, à partir de 7000 tours se produit un réel coup de pied au c.. et la moto vous propulse dans une autre dimension de façon linéaire et ultra efficace.
Il faut noter qu’il y a quand même un petite creux vers 6000 tours .. creux surement du à la présence du fameux Devil .. mais cela n’est pas très gênant et présage même à la brutale montée en puissance des 7000 …

Le freinage est parfait, toujours dosable, sans mouvements de fourche, l’arrière est très efficace. L’avant ne fait pas relever la moto, ce qui est très sécurisant quand on entre un peu vite en virage. Bien évidemment cette moto n’était pas équipée de l’ABS

Elle était équipée en Bridgestone avant et arrière .. A la discussion il s ’avère que la tenue en longévité des pneumatiques est très satisfaisante, même si on a tendance à essorer un peu.

La selle se démonte facilement et offre un petit espace de rangement. Par contre l’arrimage des tenseurs est aisé. Pour ce qui est des aspects pratiques, le monobras facilite énormément le démontage de la roue arrière et supprime la nécessité de la centrer ensuite. La béquille centrale est en série et aide à graisser la chaîne.

La fiabilité de l’engin est sans reproche hormis cette salop... de régulateur de tension qui a tendance à jouer relâche trop souvent .. au dire du propriétaire. Uns astuce : le régulateur d’origine est hors de prix : de l’ordre de 240 € .. mais vous pouvez le remplacer facilement par celui du scooter Honda 250 Forsight qui ne coûte que 84 € et qui a en plus des ailettes de refroidissement. Vous allez faire des économies et en principe le problème sera terminé .. Notre moto était équipée ainsi, cela fonctionne sans problème.

Le budget de fonctionnement, hormis les pneumatiques qui doivent être de très bonne qualité et typés sport est vraiment ridicule. L’assurance ne va pas vous coûter les yeux de la tête, la consommation est très raisonnable et l’entretien quasi nul .. vidange filtre tous les 10000. Il n’est pas rare de rencontrer des VFR qui ont largement dépassé les 100000 km et qui donnent toujours une intense satisfaction à leur propriétaire. Les finitions et les plastiques sont d’excellente qualité et pour peu que vous assuriez tous les 40000 un bon entretien ( réglage complet, filtres et changement des liquides ) vous disposerez d’une moto capable de vous emmener au bout du monde sans aucun problème.

Il y a quelques VFR en occase, souvent très bien entretenues .. mais quelquefois largement sur évaluées .. Mais tout compte fait cette machine est tellement fiable que cela vaut le coup de s’occuper plus de la présentation et du carnet d’entretien que de la cote argus. Sachez également qu’à la revente vous ne serez jamais perdant, la moto est vraiment, mais vraiment, très recherchée.

Points positifs :

Polyvalence
Agrément de conduite
Tenue de route
Fiabilité
Freinage
Machine atypique dans la grande ligne des sportivo GT.
Duo facile.
Super équipée.

Points négatifs

Un peu fatigante en ville
Réclame un bon amortisseur ar
Régulateur de tension à surveiller
Pas de place sous la selle.



Commentaires

Logo de nicolas
lundi 9 janvier 2017 à 09h01 - par  nicolas

Salut les motard(e)s,juste une petite précision pour indiquer que les poignées passager tout comme le dosseret de selle pour passer en monoplace ne sont pas « en option » comme dit dans l’article mais bien livrés de série avec chaque Vfr,n’oubliez pas non plus de réclamer la trousse à outils dans laquelle doit de trouver surtout la clé à ergot et sa rallonge coudée pour le réglage du kit chaîne au fur et à mesure de l’usure de celui -ci.Pour le reste bonne route vous avez entre les mains la meilleure moto du monde,je roule avec depuis 1994 et n’en changerai pour rien au monde !✌ ?️✌ ?️

Logo de Matthieu
mardi 3 novembre 2015 à 17h00 - par  Matthieu

Bonjour à tous,

J’ai eu pas mal de motos dont 6 VFR. Le 750 VFR 94-97, le 800 FI 1998-1999, le 800 FI 2000-2001 (avec l’HISS et qui consomme moins que le 1998-1999), et le 800 VTEC. Et bien je suis revenu au 750 VFR de 1995. Pour moi le meilleur modèle (avec une 1 ligne haute + filtre KN c’est un régal). Le 800 FI de 2000-2001 est bien aussi, le seul + le freinage dual CBS qui est top !
J’ai eu pourtant des motos plus récentes (1000 RSV Tuono, ST4 Ducati, 1000 Futura, 1100GS, 800 Tiger, 955 Tiger..) et bien je reviens toujours au VFR.
Cette moto est bonne partout, polyvalente on peut tout faire avec. Et je vous promet qu’une fois bien en mains, elle déposera pas mal de motos plus récente dans les virolos c’est certain. On en rigole même parfois, car c’est quand même une moto qui a 20 ans :-)
Pour moi elle est parfaite et sait tout faire (solo, duo, voyage, sport ...).
Le plus difficile reste d’en trouver une en bon état sans trop de frais à faire et avec un kilométrage raisonnable, même si c’est vrai que ces motos font +500000km (voir article Moto Journal sur le carat).
Essayer c’est adopté.

Matthieu

Logo de Alex
vendredi 30 octobre 2015 à 11h25 - par  Alex

Bonjour a tous.

Je sais bien que cet article est paru il y a bien longtemps, mais j’y laisse quand même un commentaire pour ceux qui se documentent en vue d’un achat d’occasion :

ATTENTION : les pièces de carénage sont extrêmement chères, et très difficilement trouvables en bon état ! Par exemple, une tête de fourche neuve vaut dans les 900€, et se trouve difficilement en occasion pour un prix allant parfois jusqu’à 200 ou 300€.

A prendre en compte en vue d’une remise en état d’un VFR accidenté...

Bonne route !

Alex

Sites favoris


1 site référencé dans ce secteur