Essai Rétro : La Honda X-Eleven modèle 1999.

lundi 29 août 2011
par  Hippolyte Duhameau
popularité : 1%

De retour de vacances on en profite pour vous en remettre une petite couche. Ce coup ci on va faire dans la bestiole avec un machin pour gens solides, un outil comme on savait les faire dans les années 2000 ... un peu moins aseptisé que tout ce qui traîne sur les salons aujourd’hui .. faut dire qu’à l’époque y’avait moins de pièges à pognon sur les routes !!

Une grosse vache bourrée de technologie !!

Pour être moche elle était moche, avec sa grille de radiateur, son cadre énorme, ses écopes latérales et ses compteur aérodynamiques .. là on faisait dans le brut de fonderie, dans le brutal .. c’était la version non doublée des Tontons Flingueurs.

Si vous n’avez pas des guibolles de plus d’un mètre dix ce n’est même pas la peine de monter dessus tellement l’imposant réservoir vous semblera impossible à chevaucher, si de plus vous avez de trop grandes guitares eh bien là ce sera les arêtes du même réservoir qui vous détruiront les genoux. En fait cette brelle elle est faite pour des gus répondant aux critères de le civilisation grecque, c’est à ce demander si dans les bureaux d’étude de chez Honda ils n’étaient pas persuadés à l’époque que les européens faisaient tous 1m75 et pesaient 75 kilos !!

Par chance je suis dans cette norme et sans trop de mal je m’installe à bord de cet outil. La position basculée vers l’avant fait plus penser à une sportive qu’à un roaster et les accélérations distillées par cet outil, testée là en version plus que libre avec le pot Sapétoku qui va bien et le petit coup de tournevis dans l’injection, distillent de sacrés sensations. Çà pousse velu à tous les régimes et on peut facilement se permettre de tomber sous les 1700 tours sans que vous ayez une séance de danse de St Guy à la reprise.

Ce machin c’est un vrai pousse au crime et heureusement que pour l’essayer je suis dans un coin où la maréchaussée est rare car il y a de grandes chances pour que j’ai perdu quelques points au cours de cette après midi .. Ce truc révèle mes bas instincts et tant pis pour les consignes que le bon Philippe m’a donné avant le départ .. vas y mollo, j’y tiens comme à la prunelle .. Gaz et envoie la sauce histoire de voir ce qu’elle a dans les tripes cette grosse vache.

Eh bien c’est bluffant cet outil. Dans les grandes courbes c’est scotché au parquet et quand cela se resserre, et c’est quand même fréquent dans mon coin de Cévennes, l’avant est scotché sur le bitume et rien ne semble pouvoir la prendre en défaut, même pas ce brusque changement de revêtement pris sur l’angle et qui a failli largement mettre un terme au bon déroulement de l’après midi !!

Pur plaisir que de s’enfiler les virolos avec cet engin mais comme tous les plaisirs c’est un tantinet crevant à la longue et manier une grosse en la poussant dans ses retranchements eh bien croyez moi cela fatigue un peu. La selle est rembourrée avec des noyaux de pêche et les amortos racinge vous donnent vite envie de poser votre cul sur n’importe quoi qui est un tantinet plus confortable .. et pourquoi pas avec une petite mousse qui vous contemple. Si on doit continuer un peu les critiques on peut discutailler un peu de la boite de vitesse qui est aussi douce à manœuvrer que celle d’un tacto-pelle .. C’est du brutal on vous dit .. Presque sur le coup on se croirait de retour dans les années 60 avec les faux points mort en moins !!

A peine retourné sur le terrain de jeu de la bestiole que j’ai eu l’occasion de tester le freinage. Il faut dire que je n’avais absolument pas envisagé une seule seconde en entrant plein badin dans ce grand droite après Lasalle que le père Tatzi allai profiter du même moment pour faire traverser la départementale à son troupeau de Long Horns .. Putain croyez moi, ce système Dual Cbs c’est vachement bien .. c’est le cas de le dire .. Si il n’avait pas été là je pense que j’aurais sans aucun problème fini en suppositoire pour bovidé. Quand tu tires sur le levier eh bien crois moi, ça stoppe le missile et évite le carnage, mine de rien c’est sacrément sécurisant.

Après ces émotions il était temps de rendre l’outil à son proprio non sans avoir testé sur quatre morceaux de ligne droite la relative efficacité en temps que coupe-vent des compteurs profilés. Eh bien c’est assez efficace ce profil à la Batman et pour peu que vous baissiez un tantinet le chef vous vous trouvez avec un souffle d’air quelque peu réduit ce qui vous permet d’assurer une bonne moyenne sans pour autant avoir eu l’impression, quand vous êtes bien au dessus des vitesses réglementaires, que non seulement vous risquiez de laisser votre licence en bordure du tarmac mais également que le vent allait vous arracher la tronche.

Au final la bête est toujours séduisante et ne semble pas avoir vieilli d’un iota. Il faut dire qu’à l’époque elle avait le plein de technologie et que celle ci est encore très actuelle. C’était un roadster mais qui coutait le prix d’une bonne GT .. il est vrai un roadster équipé au max avec les options qui vont bien mais qui inexorablement avaient fait monter la note et conséquence obligatoire fait largement diminuer les ventes.

Avec ses plus de 250 kg tous pleins faits, son rayon de braquage digne d’un convoi exceptionnel et sa cavalerie, ses suspentes et sa tenue de parquet typée GP la Honda X11 était vraiment atypique.
Elle est encore bien actuelle et pour peu qu’elle soit bien maniée pas mal de brelles de la nouvelle génération risque de ne voir d’elle que le reflet de son feu arrière. Digne d’un épisode du Joe Bar Team cette machine mérite tout de même un peu plus que le succès confidentiel qu’elle a eu. Si vous en avez la possibilité collez en une dans votre garage et allez de temps en temps faire un tour avec, cela vous rappellera le bon vieux temps où Édouard Bracame enfumait tout ce qui bougeait au guidon de sa Honda !!

Sur n’importe quel site de vente on en trouve à vil prix et affichant un kilométrage entre 50 et 70000 bornes c’est une option à envisager pour peu que vous ne soyez pas néophyte et que vous aimiez les sensations fortes.

Technique :

Moteur de la CBR
Injection
5 vitesses et pas une de plus !!
Cadre moche
Suspensions réglables de partout
9 pistons pour s’arrêter qui marchent tous ensemble .. heureusement.
Roues rondes.
Réservoir de 22 litres
Consommation : Quand on aime on ne compte pas .. quoique !!
Poids : entre Babar et Maïté
Coloris : Pas beau



Portfolio

JPEG - 131 ko JPEG - 29.7 ko JPEG - 13.1 ko JPEG - 40.4 ko JPEG - 49.3 ko JPEG - 264.3 ko

Commentaires

Sites favoris


1 site référencé dans ce secteur