Essai rétro : La Moto Guzzi 1100 Jackal modèle 1999.

dimanche 22 janvier 2012
par  Hippolyte Duhameau
popularité : 2%

Moto Guzzi .. une marque qui se pose là .. les twin en V de la marque sont en voie d’être quinquagénaires mais à l’instar des germaniques ils sont indémodables. Comme quoi, c’est dans les vieux pots .. mais vous connaissez la suite !!

On va s’intéresser aujourd’hui à une déclinaison façon roadster que la marque de Mandello a commis à la fin du siècle dernier, un truc qui était censé prendre le relais de la California et de toucher une nouvelle clientèle mais qui n’a jamais eu qu’un succès d’estime : La 1100 Jackal !!

Le roadster façon GuzZZ !!

Ils avaient le berlingue, celui de la Calif, un injecté d’un peu plus d’un litron avec un couple à faire pâlir un tracto pelle, acceptant les bas régimes comme s’il en cruisait en bref un moteur qui était un vrai bonheur pour le fainéant qui veut oublier qu’il a un sélecteur.
Ils avaient la boite .. une horreur mais qui n’avait qu’une qualité celle d’être indestructible .. un machin qui avait la douceur d’un marteau pilon au démarrage et la rapidité d’un engin agricole.
Ils avaient la partie cycle .. celle de la Calif .. en effet pourquoi aller se risquer à pondre une merde qui allait se tortiller dans tous les sens alors que la cadre de la grosse donnait toute satisfaction ..
C’est donc avec ce cocktail qu’ils nous ont pondu la Jackal .. Prix de revient au niveau de la recherche : tripette, au niveau de la conception : peau de balle et au niveau pièces nouvelles : nibe .. Vous pigerez alors pourquoi cette moto ne dépassait pas les 6 briques à l’époque. ( on dira 9000 zorros d’aujourd’hui !! )

Roadster .. what else !!

Au milieu du siècle dernier .. ( j’y reviens.. j’aime ça !! ) ce que maintenant on appelle roadster c’était tout simplement .. une moto !! En fait pour qu’un constructeur fasse preuve d’imagination il suffit qu’il fasse un bond de 50 ans en arrière .. Et voilà que toute la presse va l’encenser .. vous me direz pourquoi se priverait il ?
Bon revenons en à notre tracteur. On prend un Calif, on le déshabille, on lui colle de vrais freins quelques raffinements techniques et un look en adéquation avec les désirs du moment et on a un nouveau modèle .. mais pour le reste c’est du kif .. Toujours deux roues et un moteur. Le twin, même si il date de 2 siècles avant JC est toujours aussi agréable à utiliser. Comme une loco qui s’arrache de la gare de Matabiau sa patate vous extrait de chaque virage sans forcer le moins du monde. Les vibrations vous titillent jusqu’au fond du calbut et sa puissance de 74 bourriques bien nourries est largement encore suffisante pour vous permettre de laisser le carton au bord de la route et de finir au zonzon !! En fait sur cette brelle ce n’est pas le moteur qui pêche, c’est ce que les ritals ont baptisé boite et qui semble à des années lumière du reste de l’engin .. Les guzzistes vous diront que sa lenteur, sa sonorité le verrouillage aléatoire de ses 5 rapports font partie du charme de la marque .. moi je dis que c’est une vraie merde !! Affubler cet engin d’un étron pareil c’est coller à Monica Belluci le tare bouif de Depardieu . Les inconditionnels de la marque ne furent pas surpris, mais ceux qui voulaient la découvrir s’enfuirent en courant juste après un premier essai !!

Roadster .. Que bella macchina !!

Dans l’ensemble, malgré sa présentation plutôt minimaliste la Jackal est une belle moto. Le tableau de bord ne contient que le strict nécessaire soit un compteur à l’italienne sur fond blanc qui intègre un trip et une batterie de voyant que quand y’en a un qui s’allume c’est qu’il y a l’feu au lac de Côme !! Le freinage est assuré à l’avant par un simple disque qui suffit largement et à l’arrière par un autre qui accomplit largement son office bien secondé il est vrai par une pédale qui tombe parfaitement sous la godasse. Fi des marche pieds qui équipent la Calif, la Jackal possède des cale pieds standards. Une moto on vous dit .. DEUX amortisseurs combinés qui vont vous casser les noix tellement ils sont tarés dur d’origine mais qui ont le mérite d’assurer à la brelle une tenue de parquet sans reproche. Une fourche tout ce qu’il y a de normal, qui assure un régal de maniabilité et qui fait compte tenu de sa précision que l’on peut se servir en ville de ce gros machin aussi facilement que si on possédait un 125 chinois !! Des jantes à rayon s de marque Borrani, comme sur les Ferrari des années 70 vont vous faire sacrément chier quand il va falloir les nettoyer mais elles assurent à la moto un look inimitable. Le réservoir de 19 litres, compte tenu des performances de l’engin et de sa sobriété, va vous permettre de n’envisager qu’un plein tous les mois ou tous les 350 bornes .. et encore en été !! Si vous vouliez choisir une couleur vous aviez le choix entre noir cercueil, gris classe et rouge pétard. Et quand il va vous falloir redresser la brelle de sa béquille latérale de 5 mètres de long il vous faudra bouger un bon quart de tonne tous pleins faits ce qui reste dans la norme.

Roadster .. A quoi ça sert ?

Il faut la laisser comme ça cette brelle, brute de fonderie, et ne pas l’affubler d’un des quelconque accessoire que Guzzi avait prévu pour l’équiper et qui faisait ressembler la liste des options au catalogue de la Redoute .. Pour balader le dimanche, faire les courses au marché, trimballer votre moitié jusqu’à la mer voire faire le beau sur la croisette en espérant en trouver une .. Cette moto est idéale .. Un moteur sympa, une tenue de route très saine, une belle gueule et un tarif à l’époque très étudié ont fait .. que la brelle fut un bide total …
Par contre si maintenant vous en trouvez une à vil prix et que vous fassiez abstraction de la finition à l’italienne qui vous aurons assuré des pots pourris, des taches de rouille un peu partout, des fils qui se seront dénudés, des suintement d’huile, des disques largement marqués et des caoutchouc qui ont toujours regretté d’avoir quitté leur arbre... eh bien n’hésitez pas … Tout cela se rattrape avec un peu d’huile de coude et quatre bricoles adaptables made in China .. Déshabillez la de toutes les merdes qu’à du lui imposer son ancien proprio, collez lui une paire de poignées chauffantes et un petit saute vent à trois balles et vous aurez un machin indémodable sur lequel vous roulerez en mitaines afin de pouvoir vous coller les doigts dans le pif !!

Hippo



Portfolio

JPEG - 184.5 ko JPEG - 8.7 ko JPEG - 42.2 ko

Commentaires

Logo de Jicé60
mercredi 11 mai 2016 à 02h05 - par  Jicé60

« La bonne longueur pour les jambes c’est quand les deux pieds touchent par terre »

Michel Colucci dit Coluche

Logo de Jicé60
mercredi 11 mai 2016 à 01h54 - par  Jicé60

Cher ami essayeur,
tout d’abord merci pour ce sympathique « contact avec », car ce n’est, vous en conviendrez, en aucun cas un essai complet et subjectif de l’engin en question.
Deux remarques : primo il n’a jamais eu aucun « cale-pied » _ ceux ci étant réservés aux vélos ! _ sur une moto, mais des « reposes-pieds ».
Deuzio : la " fabuleuse boite 5 vitesses Moto-Guzzi n’est pas « pourrie », elle est « vintage », une pure relique, adulée comme telle ( quoi Guillaume ?) par ses fidèles ; c’est donc un objet de grande valeur, qu’un valeureux motocycliste saura faire fonctionner sans y trouver aucun faux point mort, ni la faire craquer, ou bien bloquer la roue arrière par des décélérations indécentes.
Guzzistement votre, Jicé

Logo de durruti
mardi 1er juillet 2014 à 07h50 - par  durruti

Y’a pas à dire, quand un type écrit bien, c’est que du bonheur. Cette guz, à la lecture de l’article, tu l’entends chanter, ronronner. Ses vibrations du bicylindre en V, il suffit de fermer les yeux pour les ressentir. Les défauts de l’engin ? Tu les acceptes parce qu’il y a un rapport charnel avec cette bécane, un truc que la famille nipone ne peut même pas imaginer... Bref, chez Mandello ils sont bons même si, comme le dit notre magnifique auteur, ils ont réalisé là un truc singulier, atypique, marginal et beau... rien qu’avec de l’ancien.

Comme disait ma mamie : « C’est dans les vieux pots qu’on fait les meilleures soupes »...

Logo de Phil
mardi 12 mars 2013 à 19h51 - par  Phil

Bonsoir , super article ! J ’adore ( ça change des essais hyper sérieux ....) j ai délaissé la moto en 2003 pour des raisons super trop longues à expliquer . La dernière donc était un 500 xt que j ai toujours rêver de posséder....avant c’était un 750 ducat monstro ( souvent en panne ! ) avant un BM 60/7 ex gendarmerie garde presque 10 ans et encore avant ..... Je me souviens plus ( alzieimher ????? Volontaire )....des customs ,des trials ,des trials ,des125 grosse modo.....
Je roule en ce moment en scoot Honda 125 pH que j ai acheté pour que ma nouvelle épouse qui n apas le permis puisse l utiliser.Comme à ce jour ,elle ne la toujours pas fait et que j en ai assez de me trimballer en scoot , je lorgne cette « Jacckal » qui m à toujours fait craquer.
Donc la question est la suivante : 54 ans ,1,70 m , 70 kg ,mal au dos des fois , est ce que ce meuble reste manipulable à l arrêt ou est ce vraiment l enfer surtout avec cette béquille hyper longue !!!
Est ce que je « stresse » pour rien et c est quasiment une mobylette ?
Je cherche désespérément en essayer une mais rien a vendre dans mon coin ( nice )
Vous qu’il l avez tester qu en pensez vous ? Merci de vos réponses décalée ( pas trop ! )

Sites favoris


1 site référencé dans ce secteur