Histoire de « Bandit » ... la saga épisode 2 : Les Suzuki « Bandit » 600cc S et N.

dimanche 14 juillet 2013
par  Hippolyte Duhameau
popularité : 3%

En 1995 les exportations Suzuki dépassent les 20 millions de motos, au vu du succès, même si celui-ci était resté un peu confidentiel, de son roadster Bandit 400cc, la firme d’Hamamutsu envoie l’artillerie lourde sur l’Europe avec la 600 GSF Bandit. Succès garanti, la moto va rester 4 ans en tête des ventes .. Elle sera produite et améliorée jusqu’en 2005 et reste encore une valeur sûre sur le marché de l’occasion.

La popularité de la Bandit 600 est évidente. Présente sur toutes les routes, sa silhouette a moult fois traversé chacune de nos pupilles. En tant que best-seller, on la voit partout . C’est une moto particulièrement robuste et fiable mais un peu limitée pour les longs périples. Beaucoup hésitèrent entre les performances de la Yamaha Fazer et l’esthétique de la Bandit pour choisir le coté brutal de la Suz.

Présentation

C’est vrai qu’elle est plutôt jolie… des rondeurs coiffent le 4 cylindres largement apparent, elle se situe dans cette gamme de machine roadster ou roadster si vous l’équipez d’un tête de fourche qui va accentuer ses qualités routières. Ce que Suz pigera bien vite en déclinant la gamme en modèle S ou N.

info document - JPEG - 8.7 ko

Équipement

Elle possède une béquille centrale. Le rangement sous la selle est petit mais on peut tout de même y fourrer une bombe anti-crevaison, un bloque disque et un pantalon de pluie.
Elle dispose d’une petite boite à outils comprenant surtout la clé de réglage suspension.
La selle est confortable, les rétros fonctionnels (mais très difficiles à régler), les comodos sont au standard Japonais, le levier de frein est réglable. Le tableau de bord est facile à lire et si on s’habitue vite à l’absence de jauge à essence, qu’on substitue par le trip secondaire, une montre et la température du moteur auraient été appréciées. Petit coté sportif de la bête .. la zone rouge à 12000 tours et le compteur gradué jusqu’à 240 ...

Accessoires :

La sagesse impose presque l’installation de pare-carters et si vous voulez souscrire à l’appel du large Givi propose un kit complet ( 2 valises et le top ) pas très esthétique mais d’une grande capacité.

Moteur

Le moins que l’on puisse dire c’est que ce moteur n’est pas une nouveauté. Le concept date de 1977 avec le renouveau du 4 cylindres 4 temps mais il a fait ses preuves et reste une valeur sûre. Sa principale qualité est surement la souplesse. Un peu trop de souplesse d’ailleurs quand on veut s’amuser un peu. Le couple reste correct mais il faut quand même anticiper un peu plus lorsque l’on est chargé ou en duo. En bref la Bandit 600 reste à l’instar de toutes les « moyennes » cylindrées ... les sensations commencent se retrouvent surtout haut dans les tours. A bas régime sa relative souplesse garantit tout de même le confort du passager.

info document - JPEG - 13.7 ko

Partie-Cycle

Phénomène couramment constaté sur ce modèle .. une sorte de louvoiement qui apparaît vers 50km/h si on lâche le guidon ... relevé sur moult forum .. Vous me direz pourquoi donc lâcher le guidon à 50 km/h ? Surtout qu’il suffit de poser une main sur le cintre et instantanément tout revient en ordre ... A part cela RAS. Bien servie par un ensemble fourche -amortisseur, pour peu que personne ne se soit amusé à jouer sur les réglages de suspensions, la moto reste très saine. La garde au sol est un peu limite surtout si l’on est chargé. Les repose pieds, puis la béquille centrale ( fort utile au demeurant mais complètement galère à positionner !! ) touchent rapidement au point que certains n’hésitèrent pas à la virer.

Confort / Position

La position en selle est agréable et convient à tous les gabarits elle est tout à fait acceptable pour les longs trajets, sur la S, le tête de fourche protège très bien et autorise la stature droite aux vitesses réglementaires. Certains ont constaté que leur confort était parasité par des vibrations aux alentours des 3000 et des 4000 tours engendrées par la résonance du carénage. En fait la nuisance est plus sonore que sensitive. Je vous stoppe de suite, accentuer le serrage ne va rien y changer, par contre vous allez risquer de tout flinguer car les fixations sont en acier à ferrer les ânes.

Freinage

Le freinage est suffisant. Certes il pourrait être perfectible mais va vous éviter des frayeurs sur route mouillée. L’avant manque de feeling et il faut tirer fort sur le levier en cas d’urgence mais si la situation est normale et même en cas d’enchainements rapides le double disque se révèle efficace. L’arrière, curieusement, est assez remarquable, tant dans son rôle de ralentisseur que dans celui de stabilisateur .. une large tendance à éviter le blocage peut assurer le coup lorsqu’il y a le feu.

Boite / Embrayage

La boîte de vitesse est d’une souplesse remarquable et je ne crois pas que quelqu’un ait un jour annoncé qu’il avait été confronté au problème d’un faux point mort. On a souvent entendu parler de problèmes relatifs à l’embrayage sur les 600 Bandit ... Certains ont du même le changer avant 20000 bornes ..

Finition

Mis à part les pare-carters qui se piquent de rouille très facilement, le reste garde une bonne fraîcheur au fil des années. On va certes constater l’apparition de traces de corrosion à l’intérieur du cadre au niveau du tête de fourche mais ce n’est pas très marqué. Par contre défaut récurrent chez Suz .. On ne peut pas proposer des machines à un tel tarif sans rogner sur quelques détails .. Au niveau de la transmission ce n’est pas la joie, au bout de 15000 bornes environ le kit chaîne jouera relâche et vous pourrez investir dans un kit renforcé qui va vous durer largement plus du double.

info document - JPEG - 10.7 ko

Instrumentation

L’instrumentation est sobre et lisible. Le compteur kilométrique est digital et comporte deux totalisateurs partiels. Pour ceux qui roulent la nuit on pourra dire que le faisceau de l’éclairage est juste satisfaisant.

Entretien

Révision tous les 6000 km, majeure tous les 12000 km et vérifications des soupapes tous les 24000 km. Le prix se situe dans la norme même en concession. Attention, il fallait penser à déboucher régulièrement les reniflards pour pouvoir les vider, une manip qui se fait à la maison.
Comme je l’ai déjà dit, malgré un graissage régulier le kit chaîne d’origine a du mal à dépasser les 15000 km. La consommation d’huile était assez faible mais il faut quand même vérifier surtout l’été ou si vous roulez à pleine charge.

Consommation

L’autonomie est assez faible. Il va vous falloir passer en réserve au bout d’environ 190 km pour arriver à 240 km avec un plein. Attention la consommation peut vraiment fluctuer selon l’utilisateur et l’utilisation. A bloc sur autoroute ou sur un trajet montagnard ou vous allez tirer sur les rapports vous passerez en réserve à peine 150 bornes passées ... Et si vous enroulez cool sur départementales, ne tirez pas dans les tours et passez les rapports au régime .. vous pourrez aller jusqu’à 250 bornes avant d’actionner le robinet .. Les bienfaits des moyennes cylindrées !!

En bref :

Dans le panel des moyennes cylindrées, la 600 Bandit a été celle qui a attiré le plus d’amateurs par son look, ses performances, et surtout son prix. Elle a souvent séduit les nouveaux venus dans le monde moto. Son design soigné, son côté grosse moto et son équipement complet n’en ont jamais fait une moto au rabais. C’est vraiment la machine à tout faire. Duo, boulot, balades, même arsouilles, apprentissage, ville, autoroute cette moto est à l’aise partout. Le côté pointu du moteur incite un peu trop souvent à rouler un peu trop vite et le permis risque d’y laisser quelques débris, surtout chez un jeune conducteur.
Toutefois la presse n’ayant jamais tari ses éloges à son encontre et sa position au box office des ventes motos ayant toujours été au top, on comprend facilement pourquoi cette machine eut un tel succès. Et cela continue actuellement sur le second marché.

Hippo

info document - JPEG - 10.3 ko

Fiche technique

NOM :
SUZUKI GSF 600 BANDIT

Partie Cycle :

Cadre :
Cadre double berceau tubulaire en acier

Empattement, Chasse :
1430 mm, angle de 25,5 degrés

Suspension avant :
Fourche avec tubes de 41 mm, débattement 130 mm

Suspension arrière :
Mono amortisseur, débattement 121 mm

Hauteur de selle :
805 mm

Frein avant :
Double disques 290 mm, étriers 2 pistons juxtaposés.

Frein arrière :
Simple disque 240 mm, étrier 2 pistons opposés

Moteur :

Type :
4 cylindres en ligne, refroidissement air huile

Distribution :
Double ACT, par chaîne, 4 soupapes par cylindre

Cylindrée :
599 cm3 (62,6 mm x 48,7 mm)

Puissance :
74 ch à 10500 tr/min, 5,5 mkg à 9500 tr/min.

Rapport volumétrique :
11.3 : 1, rupteur à 12500 tr/min

Lubrification :
Carter humide

Alimentation :
1 carburateur Keihin 32 mm par cylindre

Embrayage :
Multidisque en bain d’huile, boite 6 vitesses

Transmission secondaire :
Par chaîne (15 x 47, rapport 3,133)

Pneus :
Bridgestone Battlax 110/70 x 17 AV, 150/70 x 17 AR

Réservoir :
19 litres dont 4,5 de réserve

Vitesse max compteur :
235 km/h (215 km/h en duo)

Poids avec pleins :
224 kg

Prix à sa sortie :
Moins de 35 000 FRANCS soit environ 5300 euros !!



Portfolio

JPEG - 9.5 ko

Commentaires

Sites favoris


1 site référencé dans ce secteur