76e Bol : de l’or en vert

lundi 16 avril 2012
par  Guido
popularité : 1%

Dimanche dernier, c’était la 76e édition du Bol d’or qui débutait la saison du long en France. Les acteurs du secteur ont foi dans les tours de cadran. L’endurance moto est une tradition bien de chez nous. L’effort prolongé correspond parfaitement à la philosophie du baron de Coubertin. L’endurance met en valeur la performance et la longévité des machines de tête pour le plus grand bonheur des constructeurs. Et puis, 24 heures, c’est la durée d’une noce, le temps indispensable pour la communion entre la moto et son public.

Côté sacrement du ciel, les spectateurs massés à Magny-cours ont été largement baptisés. Le temps instable a lessivé la piste et a tôt fait d’engluer le camping. Au top départ, Vincent Philippe a immédiatement chevauché en tête au guidon de la GSXR du SERT. La Kawasaki n°11 s’est installée à sa suite comme la BMW n°99 jusqu’à ce que l’Australien Cudlin découvre la quatrième dimension dans Adélaïde. Le kangourou parvenait tout de même à ramener la Bavaroise aux stands après une demi-heure de poussette. Au terme de deux tentatives infructueuses de réparation, l’équipe devait jeter l’éponge. Sébastien Gimbert témoigne : « La moto avait fait un tonneau et beaucoup trop souffert. Je suis revenu aux stands une première fois car j’avais de l’huile qui coulait sur mes bottes. Cela devenait dangereux de continuer. »

Mais le coup de théâtre de cette édition a été sans nul doute la chute de Vincent Philippe au garage du lycée. A la fin de son relai, le pilote perdait l’avant. Il se relevait avec une clavicule cassée à côté d’une GSXR amochée. Après une rapide reconstruction faciale, la Suzuki repartait aux mains d’Anthony Delhalle et de Fabien Foret. Mord aux dents, les compères se sont lancés à la poursuite de la Kawasaki. Au panache, tout après tour, ils ont repris la tête de course en profitant d’un souci de sélecteur sur le bolide vert. Mais au fil des ravitaillements, les deux héroïques chevaliers de Dominique Méliand ont dû s’incliner devant Da Costa, Leblanc et Four, le trio gagnant du team-manager de SRC Kawasaki, Gilles Staefler. La troisième place du podium revient finalement à la R1 du YART qui a doublé celle du GMT 94 dans la dernière heure de course. Floch Endurance place sa R1 dans le top 5. En s’emparant de la sixième position, la Kawasaki 3D Endurance gagne la compétition en catégorie Superstock.

Kawasaki remporte donc - quinze ans après - un nouveau Bol d’or et fait un carton plein dans les catégories. C’est le fruit du savoir-faire des équipes françaises d’endurance mais aussi le résultat du sur-investissement de la marque verte dans la production et l’endurance depuis la sortie de la nouvelle ZX-10 R en 2011. La Ninja, un succès publicitaire sur papier glacé comme sur piste mouillée. Une réjouissante alchimie, en somme...

Guido du Bourdon nippon.



Portfolio

Un équipage victorieux : Four, Leblanc et Da (...)

Commentaires

Sites favoris


3 sites référencés dans ce secteur