Un casque Jet pour l’été ?

samedi 9 avril 2011
par  Hippolyte Duhameau
popularité : 5%

La chaleur arrive et le simple fait de se retrouver à l’étroit dans un intégral, surtout pour nous autres motards du sud, a fortement tendance à limiter les sorties .. Une solution : passer au casque Jet .. Pour certains le simple fait d’évoquer le roulage coiffé d’un casque de « voleurs de poules » leur fait instantanément hérisser le poil et agiter le panneau de l’insécurité .. D’autres sont des inconditionnels, comme notre ami Chienbrun .. Il nous en parle.

Personnellement, ne roulant plus qu’en jet depuis longtemps déjà, je dois
pouvoir vous donner quelques tuyaux de motard pas exemplaire. J’évoque pas l’aspect sécurité, vu qu’il est incontestable que le meilleur des Jet
n’offre qu’une protection très insuffisante et qu’à la moindre gamelle vous
risquez d’y laisser la partie basse de ta tête, mais je suppose que vous y
avez déjà pensé.

Mais mon cher CB, peux-tu préciser ta pensée ?

Le préalable, c’est que dans les casques Jet, il existe deux catégories : le
Araï SZ, et les autres.

Ensuite, il faut être conscient que tu apprécieras plus ou moins un casque
Jet selon la bécane sur laquelle tu roules. Personnellement, roulant en RT
avec pare-brise réglable électriquement, je roule quasiment tout le temps
visière ouverte, avec des lunettes de soleil, et je règle le pare-brise de
manière à avoir plus ou moins d’air ou pour évacuer la pluie sur la visière.
Mais je pourrais pas faire ça avec ton tréteau, par exemple. Du temps
de Vieux Charles, avec la Trophy 3 bulle haute, le Roof était bien adapté.

Enfin, si c’est pour un usage ponctuel à la belle saison et pour des petites
balades, tu tolèreras très bien les inconvénients d’à peu près tous les
casques jet du marché. Mais si c’est ton casque de tous les jours et que tu
pars plusieurs jours avec et qu’il doit pouvoir remplir son rôle dans toutes
les conditions de route, tu vas vite constater que le cahier des charges
s’alourdit et la liste des candidats sérieux se rétrécit.

Dans les Jet, c’est comme chez les papous à poux, t’as les Jet et les
demi-jet. Et t’as les demi-jet avec visière, demi-visière ou sans visière.
ce que j’appelle les demi-jet, ce sont ceux dont la coque s’arrête aux
oreilles, et les Jet sont ceux dont la coque descend jusqu’à la mâchoire.
Mais c’est peut être le contraire ? Bref, à mon avis les premiers sont
vraiment d’un confort spartiate et rapidement insupportables au niveau des
oreilles, vu qu’en général les extra-terrestres qui les ont conçus n’en ont
pas et partent du principe que leurs clients n’ont qu’à pas en avoir non
plus.

Les jet sans aucune visière, avec juste une casquette pare-soleil, utilisés
avec une paire de lunettes de soleil, sont parfaits pour rouler l’été
tranquillement en profitant d’une vision parfaite et d’une aération maximum.
Mais ils ont trois inconvénients : il faut trouver les lunettes qui vont
bien, il ne doit ni pleuvoir ni faire froid, et ils attirent irrésistiblement les moustiques, petits et gros qui réussissent parfois à survivre après avoir traversé le casque par la branche des lunettes, et te chatouillent les oreilles : tu t’arrêtes, tu enlèves le casque, tu enlèves la guêpe, le dard de la guêpe, tu remets le casque, tu repars et soudain, ça te chatouille l’autre oreille !! Des heures d’amusement pour toute la famille.

Ça a l’air con dit comme ça, mais y’a rien de plus difficile que de trouver
des lunettes et un casque compatibles. Oublie les Climax façon Surtees, ça
marchait très bien sur les bols mais ce n’est pas adapté aux casques actuels
car tu ne peux pas passer la sangle, et puis les Climax ont une spécialité :
la traversée de tunnel soudainement et totalement embuées ! Le côté farce de la surprise diminue significativement avec le carré de la vitesse à laquelle
tu es rentré dans le tunnel. Les lunettes doivent ne pas être trop foncées
pour pouvoir rouler à peu près tout le temps, avoir une forme compatible
avec le casque pour ne pas générer des petits vortex aérodynamiques
générateurs de larmes au yeux, avoir des branches droites pour entrer dans
le casque, et idéalement offrir un minimum de résistance à la casse, parce
que déjà que tu roules en Jet, si en plus le SAMU doit t’enlever les
lunettes des yeux à la pince à épiler....

S’il pleut, la pluie devient très rapidement insupportable sur le visage et
seuls peuvent encore rouler les durs et les tatoués, qui ont
été baptisés à coups de Cromwell sur la tête jusqu’à ce que le Cromwell se
fendille.

Donc, si tu es parti en vacances avec un jet sans visière et une paire de
lunettes de soleil à embuage automatique, et que tu traverses le Massif
Central sous un orage tel qu’il fait nuit à 15H et que les grêlons volent à
l’horizontale, tu ressens un grand moment de détresse existentielle (et si
j’en parle, c’est que ça fait partie du catalogue de conneries que j’ai
testées pour vous).

S’il fait froid, c’est très insupportable aussi, et pour avoir passé un
hiver avec un jet seulement agrémenté d’un bandana, j’ai eu la peau du
visage totalement brûlée pendant plusieurs mois...

Ceci pour dire que l’humanité à finalement abandonné le jet sans visière,
même pour aller chercher le pain.

Abordons les Jet avec visière. Je n’ose dire que chez les Jet à visière, on
a les Jet à visière et les jet à demi-visière, mais c’est vrai... Leproblème de la visière, c’est qu’elle ne doit pas déformer la vue, et qu’elle doit tenir dans n’importe quelle position, ouverte, mi-ouverte, fermée, etc...Si l’air s’engouffre par en dessous ça ne va pas, s’il rabat la visière ouverte ça ne va pas non plus.

Le casque Roof, pseudo-modulable, est très agréable : la demi-visière a une forme globuleuse qui évacue facilement la pluie, elle est très près du visage et évite de ce fait les courant d’air dans les yeux, et la mentonnière qui se rabat totalement à l’arrière du casque peut s’abaisser devant le visage, en cas de pluie notamment. Par contre une fois fermé il est très sensible à la buée, ce qui t’obliges à l’entrouvrir et du coup ramasser de la flotte dans le casque. Il n’est pas spécialement silencieux, pas étanche du tout, et puis la finition est médiocre : sur le mien, en à peine deux ans, le simili-cuir se délitait à la base du casque et sur la jugulaire.

Voilà comment j’en suis venu finalement au Araï SZ : il est beaucoup plus
confortable que les autres au niveau des garnitures intérieures, notamment
parce qu’il possède une vraie réservation pour les oreilles, qui fait tout
le confort du casque. Il est raisonnablement silencieux, et sa visière est
la plus fonctionnelle : elle possède plusieurs crans de relevage qui
tiennent à toutes les vitesses, elle ne déforme pas la vision mais sa forme
permet une bonne évacuation de l’eau, et elle recouvre la totalité du visage
en position baissée, ce qui te permet de rouler sereinement sous la pluie et
dans le froid.

Si par exemple tu as la bonne idée d’aller passer le week-end dans le Golfe
du Morbihan, comme moi ce week-end, et qu’après avoir roulé visière ouverte avec lunettes pendant trois jours, tu rentres le dimanche soir sous les orages et dans le bordel généralisé des retours vers Paris, il te suffit
d’enlever les lunettes, abaisser la visière et tu as le confort d’un
intégral avec une meilleure vision. De plus le système d’aérations anti-buée
directement sur la visière est incroyablement efficace.

Par contre je n’aime pas trop les écoutilles disposées ça et là sur le
casque : ça augmente le bruit aérodynamique, elles sont inutilisables
lorsque la visière est relevée, et génèrent beaucoup trop de bruit en
position ouverte, donc je ne les utilise jamais et je préférais l’ancienne
génération qui n’en avait pas.

Le seul petit défaut du SZ, c’est qu’il coûte à peu près le double du
meilleur de ses concurrents.

Mais bon, là au moins tu sauras à quoi penser dans le magasin en essayant
les casques, et tu pourras même te projeter un peu au delà du baratin du
vendeur, qui roule en scooter et n’a jamais dépassé le périphérique.

Chienbrun



Sites favoris


3 sites référencés dans ce secteur