De Lima à Cusco, du 19 au 23 mars

lundi 25 mars 2013
par  Maxime BARAT
popularité : 1%

Après cette première escapade péruvienne je me suis rendu à Lima pour retrouver Sabrina.

www.maxime-barat.com (239)

 

On va continuer le voyage à deux pendant quelques semaines. Le timing est serré et demain on a déjà prévu de partir pour Cusco. Seul hic, elle sort de l’aéroport sans sa valise qui est restée à Amsterdam et forcément tout son équipement de moto est dedans. La compagnie nous assure de nous la ramener demain soir, les boules quand même ! Finalement à 23h, un taxi nous livre la valise à l’hôtel. Demain on met les voiles. Mercredi la journée commence par une petite séance de mécanique. Sabrina m’a ramené des plaquettes de frein kawasaki. D’ailleurs merci Benji pour l’envoi, t’as géré. La moto va enfin freiner normalement. Je les change donc dans le hall de l’hôtel sous le regard amusé d’un groupe de touristes japonais.

www.maxime-barat.com (240)

J’en profite aussi pour rebrancher l’abs, seul je l’utilise rarement mais à deux c’est rassurant surtout qu’il reste discret. C’est parti !

www.maxime-barat.com (241)

Après avoir bien galéré pour sortir de Lima on repart pour Pisco sur la panaméricaine. On ne traine pas trop sur la route, ça deviendra intéressant le lendemain. Pisco est sûrement la capitale de la voiturette. Plus tunées les unes que les autres, les bombinettes se tirent la bourre dans les rues de la ville. Enorme !

www.maxime-barat.com (242)

Après Pisco, Ayacucho ! On quitte la panaméricaine sur une petite route qui monte dans les montagnes.

www.maxime-barat.com (243)

L’occasion de goûter les spécialités locales. C’est clair au Pérou on se régale !

www.maxime-barat.com (244)

Puis l’ascension continue jusqu’à l’Abra Apacheta à 4700m d’altitude. Pour info ce matin on était au niveau de la mer, donc on ne traine pas, il vaut mieux redescendre rapidement.

www.maxime-barat.com (245)

 

www.maxime-barat.com (246)

On arrive en fin d’aprem à Ayacucho mais la ville ne nous plait pas alors on continue un peu et on bivouaque dans un champ qui surplombe la ville.

www.maxime-barat.com (247)

Magnifique !

www.maxime-barat.com (248)

Le lendemain première journée de piste, l’occasion de tester le comportement de la Versys à deux chargée comme une mule. Je rappelle que je suis toujours avec l’amortisseur d’origine, Benoit Leveillard a juste mis une cale pour le durcir un peu. Le prix d’un amortisseur à gaz c’est plus d’un mois de budget voyage alors le choix est vite fait. On arrive rapidement à une file de véhicules arrêtées, la piste est fermée jusqu’à midi.

www.maxime-barat.com (250)

Notre présence intrigue, on papote avec un peu tout le monde, on mange des patates et du fromage à l’hygiène douteuse et c’est déjà midi.

www.maxime-barat.com (249)

Le drapeau à damier s’agite, la course de minibus commence et nous au milieu. Tout le monde se tire la bourre dans une poussière terrible. La versys tient bien le cap et ne talonne pas alors j’en remets une louche et on se régale jusqu’à Ocros. On s’arrête manger de nouveau après près d’une heure à bloc.

www.maxime-barat.com (251)

Seulement on nous apprend qu’il y a un autre tronçon à franchir avant 13h30. La route sera ensuite fermée jusqu’à 17h30. On repart en 4ème vitesse et on passe juste à temps le dernier chantier dans un paysage fabuleux.

www.maxime-barat.com (252)

 

www.maxime-barat.com (253)

Comme prévu on passe Andahuaylas mais on ne s’arrête pas, on pousse un peu plus loin jusqu’à la laguna Pacucha pour un bivouac 4 étoiles avec une vue imprenable.

www.maxime-barat.com (254)

Après un petit dej de biker on entame notre dernière journée de moto avant Cuzco.

www.maxime-barat.com (255)

 

www.maxime-barat.com (256)

Il nous reste 300km dont 100 de piste à flanc de montagne. On mettra un temps fou à redescendre dans la vallée sur cette piste en lacets.

www.maxime-barat.com (258)

A Abancay on reprend le bitume. Il est 14h et il nous reste 200km de route de montagne, c’est de plus en plus vert.

www.maxime-barat.com (257)

On voit beaucoup plus de fruits sur les étalages dans cette nouvelle vallée tournée vers l’agriculture. On arrive en fin d’aprem à Cuzco sous un orage de grêle, qui passe rarapidement. C’est bon on y est on va pouvoir se reposer un peu.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


http://maxime-barat.com/de-lima-a-c...


Commentaires