Essai actu pour Motards en balade : La Yam XTZ 1200 "Super Ténéré"

dimanche 12 mai 2013
par  Hippolyte Duhameau
popularité : 7%

Lorsqu’elle est sortie, en 2010, cette machine avait attiré notre attention. Certes elle est lourde, un tantinet pataude, possède un réservoir qui ne contient que 23 litres mais elle semblait une bonne alternative à l’engineering teuton .. et de surcroit elle avait quand même un nom sacrément mythique ... Et puis de l’eau est passée dans les oueds .. Triumph a sorti ses Tiger 800 et 1200, Ducat s’est mis sur le marché, Guzzi, Morini, KTM et Honda ont vu le créneau des trails au long cours s’entrouvrir et se sont précipités en rivalisant de technologie ... C’est ainsi que cette machine est retournée dans sa niche de confidentialité ... Et pourtant !!
Notre pote Jim qui n’est pourtant pas un spécialiste de "super grandes routières" a voulu l’essayer, son test atypique mérite la diffusion.

Jim essaie la Yamaha XTZ 1200 Super Ténéré

Cela faisait longtemps que ça me titillait de faire l’essai d’un de ces maxi trails de grosse cylindrée, mais les occasions rares et mon appréhension à enfourcher ces machines hautes de selle du "haut" de mon mètre 72 m’en avaient jusque là "préservé". Mais aujourd’hui, j’ai osé franchir le cap et donc me livrer à un essai de cette fameuse Yamaha 1200 Super Ténéré.

De prime abord, il faut admettre que la machine en impose. Elle est volumineuse, en particulier de l’avant et parait vraiment haute. Heureusement pour moi, la moto d’essai (qui est une version optionnée Worlcrosser) est équipée de la selle basse (-25 mm) placée en position mini. Je monte dessus sans avoir l’impression d’enjamber une girafe, relève la bête et me retrouve à toucher les pointes de pied des deux côtés ! Ouf... J’enclenche la première et gaz... Parti juste pour voir quelques minutes, je suis rentré plus d’une heure après, après un essai vraiment complet en termes de terrains parcourus : ville, route à larges courbes, petite route de cambrousse bien défoncée et viroleuse, descente farcie de gravillons tout frais et petit bout d’autoroute. La totale.

Partie cycle - comportement routier

Clairement, cette moto est hyper saine. C’est un rail en courbe, même à vitesse soutenue. J’ai refait le trajet que j’avais effectué avec le 750 GSR et la 1200 VFR et je passais largement aussi vite et aussi sereinement avec ce gros tank ! Le tout avec une facilité déconcertante. Cette facilité se retrouve aussi dans les enchainements de petits virages, même sur route bien bosselée. L’amortissement très bon participe aussi à ce comportement sain et très rassurant. La garde au sol est monumentale, la mise sur l’angle instinctive et facile, je me suis surpris à presque attaquer au bout de très peu de temps à son guidon.
Quant au freinage, aucune critique à faire : c’est mordant, efficace, endurant et on peut y aller franchement (freinage couplé à la poignée + ABS). Vraiment rassurant l’ensemble.

Moteur - transmission

C’est la partie la plus surprenante de cette moto. Le gros bicylindre est volontaire, puissant, souple et coupleux. Bien qu’il grogne un peu à bas régime, il accepte de reprendre à moins de 1500 tr sans vraiment cogner. En revanche, il est linéaire au possible, une caractéristique propre à toutes les Yamaha que j’ai essayées. Mais le plus surprenant, c’est qu’il se comporte un peu comme les 4 cylindres de la marque que je connais (XJ6, Fazer 600, FZ8, FZ1, FJR). En clair, il est efficace en diable, mais pas démonstratif pour un rond malgré une sonorité marquée (renforcée par la ligne Akrapovic équipant ma moto d’essai). Je pense qu’on est là aux antipodes du caractère moteur habituel d’un gros bicylindre et de ce que l’on doit par exemple trouver sur une Ducati. Ce n’est pas gênant en soi, seulement peut-être un peu frustrant à la longue.

Rien à redire sur sa puissance en revanche, il propulse le XTZ à des vitesses inavouables en une rotation de poignée ! Gaffe au permis lors des dépassements, on est très vite à la case prison... Je n’ai évolué que sur le mode Sport de la cartographie réglable en deux positions, sur le conseil du vendeur Yam’...

L’ensemble embrayage-boite de vitesses-transmission finale est plutôt réussi aussi. L’embrayage est ferme mais gérable, les rapports rentrent sans gros claquements et se verrouillent bien en montée comme en descente et la transmission par cardan ne génère pas du tout d’à-coups. De ce côté c’est un bel agrément homogène qui se dessine.

Agrément - équipement

Cette version Worldcrosser est richement accessoirisée de pièces carbone, sabot moteur alu, pare-cardan, tampons latéraux, pare-mains, ligne Akrapovic... Je la trouve plutôt "élégante" dans cette livrée noire et jaune, mais des coloris plus flashy que noir et blanc seraient sympa.

La position de pilotage est très confortable : buste droit, jambes pas trop repliées et pieds juste un peu reculés, bras bien placés et mains bien posées sur un guidon au cintre ajustée pile poil. Les rétroviseurs assurent bien leur mission. Malgré la selle en version rabotée de quelques centimètres de mousse, le confort d’assise est royal, pas la moindre douleur au bout d’une heure.

Petite déception concernant le tableau de bord, un peu vieillot dans son design et son ergonomie : il manque un indicateur de rapport engagé (quelle mesquinerie...) et le changement de mode du contrôle de traction ne peut se faire qu’à l’arrêt car via un bouton poussoir sur le côté du bloc compteur ! Faudrait voit à moderniser ça avec un pilotage depuis un comodo au guidon, hein !

La protection des jambes est plutôt bonne, mais avec la bulle d’origine (en position basse), le haut du buste et le casque reçoivent de l’air dès 100 km/h. L’adoption d’une bulle plus haute et large me parait judicieux pour des parcours autoroutiers et/où à vitesse soutenue.

Bilan

Très bonne surprise pour moi que cette machine. Au bout de 30 minutes d’essai, j’avais l’impression d’avoir passé ma vie dessus tant c’est facile d’appréhender cette moto ! Au bout d’une heure de roulage, j’ai compris pourquoi l’on voit rouler tant de motos de ce type : c’est probablement la synthèse parfaite de la moto à la fois loisir, utilitaire et avec en plus un peu d’aptitude à sortir du bitume au cas où... Et surtout c’est facile et très efficace sur route, tout en offrant un confort certes un peu inférieur à des pures GT mais déjà très supérieur à la grande majorité de la production motocycliste. C’est sans doute ce savant mélange qui fait le succès des maxi trails actuels.

Du côté des points négatifs, je retiens un moteur efficace mais un poil trop linéaire et inexpressif, quelques lacunes d’équipements... et le fait qu’en dessous d’une certaine taille du pilote, cette moto est ingérable. Déjà pour moi, c’est très limite et il faudrait être vraiment prudent et anticiper le moindre arrêt en dévers.

Fat Boy Jim



Commentaires

Météo

Nimes, 30, France

Conditions météo à 19h00
par weather.com®

18°C


  • Vent : 19 km/h - nord nord-ouest
  • Pression : 1011.5 mbar
Prévisions >>

Prévisions du 19 septembre
par weather.com®

Max
Min


  • Vent
  • Risque de précip.
<< Conditions  |  Prévisions >>

Prévisions du 20 septembre
par weather.com®

Max
Min


  • Vent
  • Risque de précip.
<< Prévisions


Sites favoris


1 site référencé dans ce secteur