Essai rétro : Yamaha 660 XTZ 1992 Ténéré .. privée de désert

jeudi 27 mai 2010
par  Hervé
popularité : 11%

Yamaha Ténéré .. toute une histoire .. Cette machine polyvalente a marqué son époque .. le plus marrant c’est que de nouvelle version en nouvelle version elle continue à transmettre comme un petit gout d’aventure !!

Essai rétro : Yamaha XTZ 660 TENERE de 1992 !!!

C’était la moto de mon toubib, c’est vous dire qu’elle n’avait jamais trop souffert .. je ne dis pas cela en généralisant car j’en connais d’autres, de toubibs, qui sont des fanatiques de la poignée dans le coin, mais le mien c’est un calme. Il a fait 18000 bornes de visites en campagne avec cet engin qui confère par certain aspect au tracteur agricole. Il a du changer une fois le kit chaîne et s’est fendu d’un pneu arrière parce qu’un de ses potes gendarme lui a fait remarquer qu’il avait autant de trace dessus que sur un tableau de Cy Twombly. Par contre il avait toujours respectueusement effectué les révisions se gardant bien toutefois entre chacune de jeter ne serait ce que le moindre regard sur tout ce qui concernait la machine !!

Et puis un jour il en a eu marre, il est passé au 4x4 et la brelle est restée durant une paire d’années à se morfondre sous un bâche .. et un jour la bâche s’est ouverte sous un coup de vent !!
Je passais par là et cette bécane couverte de poussière a semblé me faire un petit signe .. était ce la brelle ou la bâche qui battait, résultat des courses quelques heures après, devant un petit blanc nous avons traité ..
Clés, papiers, me voilà nouveau proprio d’un trail de 92 à redémarrer.
Remorque, maison, vidange d’un carburant qui sentait le pourri, nettoyage du carbu, un peu d’air dans les pneus … Une nouvelle batterie .. Contact .. starter à fond !!
Le démarreur tourne, le berlingot émet un bruit quasi identique à celui que l’on peut entendre lors du lancement du démarrage d’un tracteur All Gaier .. et puis, comme par miracle le moteur s’ébroue et dès que le starter est coupé, prends un super ralenti pom pomesque .. Deux ans de disette qui viennent de s’évanouir d’un coup pour le gros mono .. C’est reparti pour un tour.

Mes derniers souvenirs de gros mono dataient du temps où je pestais chaque matin quand il fallait que je démarre mon 500XT afin d’aller au taf .. Mais je me souvenais de l’indicible plaisir que je prenais à son guidon, dans ces petites routes cévenoles à jouer uniquement de la boite sans jamais toucher aux freins .. Il fallait de suite que je retrouve un peu cela .. Casque sur la tronche, zonblou, une paire de botes et c’était parti.

Même si le berlingot était issu de la même fabrique que mon vieux XT il n’y avait plus grand chose à voir entre les deux. Et pourtant on ressentait au guidon de cet engin comme une petit relent d’Afrique .. surement le nom !!
Cela fait aujourd’hui plus de 27 années que Yam a commis la première Ténéré, en déclinant toujours sur la même base la fabrique au diapason a généré un véritable style. Les possesseurs de ces engins devaient tout à la fois être capable d’aller chercher le pain au coin de la rue comme de se retrouver au fin fond du Sahara pour boire un thé à la menthe .. eh bien croyez moi en lisant les différents forums relatifs à cette moto, je me suis rendu compte que c’est exactement ce qu’ils ont fait.

En fait j’ai compris pourquoi mon toubib avait acheté ce truc .. c’était la bécane tracteur par excellence .. Cela manquait à la maison, eh bien l’erreur était réparée.

Bon, allez, je ne vais pas vous parler des qualités et des défauts d’une brelle qui a désormais atteint sa majorité .. 48 CV pour vous traîner en Cévennes cela suffit largement. Hauteur de selle convenable, je pose les pieds par terre mais je remarque quand même que le combiné amorto AR a parfaitement supporté le poids des ans .. pas la moindre fuite et toujours aussi efficace.

Le Gros mono est certe plus civilisé que celui de mon XT mais je ne le trouve pas si fade que cela. Certes ce n’est pas un trail de course mais les reprises pour peu qu’elles soient faites au dessus de 2300 tours n’engendrent aucun cognement et sont véritablement franches.

La boîte de vitesses souffre de la maladie des Yam, à savoir une sélection dure et peu précise quand au frein avant, on peut le qualifier au mieux de ralentisseur, le frein arrière servant lui de garniture à la roue.

On sent bien que cette machine n’est pas Sylphide .. Cela doit bien approcher les 180 kg avec les pleins, comme tous les trails pour manœuvrer à l’arrêt il n’est pas recommandé de mesurer moins d’1m70 et je suppose que pour les adeptes du TT, je sais qu’il y en a , je l’ai lu !! Eh bien cela doit être la galère pour la relever ou la sortir d’une ornière !!

Esthétiquement il faut mieux être dessus qu’à coté, avec son CX conférant à celui d’un bahut Louis XV et son allure taillée à la serpe on ne peut vraiment pas dire que c’est une jolie machine. Même les coloris ont été choisis un grand jour de tristesse. On dirait que cette moto a tout fait pour rester dans l’anonymat le plus complet malgré un pseudo qui invitait au voyage !!

Mais qu’est ce qui a donc poussé moult motards a s’intéresser à celle brelle au point que désormais elle peut se vanter de faire date dans le monde de la moto.

Eh bien il suffit de rouler un peu avec pour comprendre.

La machine est bien équilibrée et correctement suspendue, dès que le paysage devient un tantinet tourmenté c’est un plaisir d’enrouler les petites routes à une allure qui permet de largement apprécier le paysage et sans crainte de devoir tomber un rapport pour accéder au sommet suivant.

Même si il est d’une esthétique plutôt contestable le carénage garantit un excellent confort au pilote qui de surcroit bénéficie d’une selle large et de repose-pieds disposés bas qui assurent une position tout à fait naturelle.

Le réservoir de 20 litres doit vous garantir une autonomie d’au moins 340 bornes et le petit porte paquet est tout prêt à accueillir le top case qui va bien pour aller faire son marché. Ce qui est bien c’est qu’effectivement ce n’est pas en rajoutant cet accessoire que l’on risque de défigurer la machine.

Un tracteur je vous dis, un trail à mettre entre toutes les mains. J’ai poussé la plaisanterie jusqu’à prendre la piste de la Fage .. eh bien je me suis régalé là même où j’avais galéré avec mon Tiger de 40 kg de plus et surtout beaucoup plus haut suspendu.

En sortant des sentiers battus avec cette machine qui, par rapport à bien des motos d’aujourd’hui a le mérite d’être vraiment polyvalente, j’ai compris pourquoi à un engin qui invite à l’humilité et à la discrétion la marque au diapason avait associé ce patronyme qui est une invite au voyage : "Ténéré".

J’ai presque envie de ne pas la priver de "désert" !!



Portfolio

Ténéré 86 Ténéré 88 Ténéré 92 Ténéré 95

Commentaires

Logo de daurelle
samedi 8 juillet 2017 à 07h17 - par  daurelle

Rien à ajouter, tout est dit et bien écrit (c’est malheureusement de plus en plus rare). Ces "vieilles" XTZ incarnent l’exotisme au quotidien et arrivent à faire aimer leurs quelques défauts. Un bonheur pour qui regrette l’électronisation galopante des engins d’aujourd’hui.
Une moto doit être vivante et un peu (beaucoup) capricieuse donc pas parfaite. Pour qui veut des prises partout et les fesses au chaud, il y a d’autres choix, nombreux, mais plus fades. Oui, bon, reconnaissons le, cette Yam. gagnerait à freiner plus efficacement ; il faut apprendre à anticiper et tout se passe bien.
Bonne route à tous.

Logo de Jef
dimanche 2 octobre 2016 à 16h24 - par  Jef

Tombé par hasard sur cette discussion, je ne peux m’empêcher d’en rajouter une couche :
ma fidèle 660XTZ achetée (d’occase revenant du Brésil !) en 1991 m’a vaillamment fait voyager sur toutes les pistes les plus défoncées de l’Amérique du Sud (en 92-93),
1 an de voyage pour faire le tour en 40 000 km,
en "légère" sur-charge ( moi, ma passagère et ... 100kg de bagages et pièces détachées !)
Le tout avec 1 seule panne (électrique, un fil usé mis à la masse par les vibrations dues à la tôle ondulée subie sur des milliers de km ) !
que de l’entretien (méticuleux et régulier ça va sans dire) depuis 25 ans. Et jamais de pb pour trouver les pièces détachées, souvent encore utilisées sur les bécanes modernes (freinage ...)

J’ai encore parcouru la corse l’an dernier, à 2 en mode camping-tente-popotte ,
avec comme seul soucis : mauvais sanglage de la bécane fait par un employé sur le bateau Corsica-ferries , casse du guide chaine inférieur, pièce reçue par Yam Bastia 48h après commande ! Bravo Yam pour le SAV.

Ce gromono atteint sa maturité maintenant avec 92 000 km au compteur, et démarre toujours au 1/4 de tour même après hivernage.
Du fiable, bravo !

Logo de jp
samedi 28 février 2015 à 18h41 - par  jp

Motard depuis pas mal d’années j’ai eu plusieurs motos et finalement je reviens toujours au mono.
Peut-être à cause de ma saturno 500.
De nos jours il n’est plus possible de rouler sans trouver un radar à tel point que l’on regarde plus le compteur que la route.
Ces dernières années j’avais deux motos dans le garage et puis raz le bol j’ai quitté mon X11 et dernièrement mon varadero 1000 pour ne garder que ma 660 tout simplement.
Le plaisir de rouler sur une machine simple et efficace avec un moteur qui emmène madame et moi avec confort et possibilité de charger aussi.
Assurance light, conso light, entretien light conduite vivante : que du bonheur !

mercredi 19 juin 2013 à 22h22 - par  XULR

Bonne analyse. Sous ses airs de poum poum de l’age de pierre, cette machine malgré le poids des ans, reste un super jouet. La nervosité n’est pas son fort mais son allonge est remarquable. Elle est même surprenante sur autoroute à condition de bien serrer les jambes pour éviter le "déboitage" des plastiques de flanc de selle (expérience vécu compteur bloqué sur l’A7). Mais son terrain de jeu est évidemment la petite route sinueuse, au point d’écœurer un 900 CBR incapable de suivre lors de la descente du Mont Lozère coté du Pont de Montvert. Elle au moins ne guidone pas à la moindre imperfection de la route ou à la vue d’un gravillon ...... seul véritable bemol, comme beaucoup de ces trails, le freinage est en option (mais de ce coté la il y a pire ................. klr 650 de la fin des années 80)

Logo de beddoe
samedi 9 février 2013 à 23h37 - par  beddoe

Allez, c’est mon tour, j’ai rèservé le même engin aujourd’hui...1995 34000 kms, à l’essai, de la douceur un poumpuom trés sympa et un confort surprenant !! et une aptitude en effet au chemin terreux...il me tarde d’aller la chercher...

Météo

Nimes, 30, France

Conditions météo à 20h00
par weather.com®

19°C


  • Vent : 4 km/h - nord
  • Pression : 1011.2 mbar
Prévisions >>

Prévisions du 25 septembre
par weather.com®

Max
Min


  • Vent
  • Risque de précip.
<< Conditions  |  Prévisions >>

Prévisions du 26 septembre
par weather.com®

Max
Min


  • Vent
  • Risque de précip.
<< Prévisions


Sites favoris


1 site référencé dans ce secteur