Essai longue durée KTM 1090 Adventure R.

dimanche 25 juin 2017
par  Hervé
popularité : 4%

Cela faisait un bail que nous souhaitions effectuer l’essai du trail polyvalent d’entrée de gamme de chez KTM, auparavant désigné 1050, et qui s’est vu augmenté de 40 points pour bien montrer qu’il était de la famille. L’occasion d’une balade portugaise, la disponibilité de la machine et de son équipement GT, la gentillesse de KTM France et nous voilà au guidon de la bestiole pour aller arpenter les routes lusitaniennes.

Merveilleuse cathédrale.

Maniabilité c’est le maître mot …

Le dernier souvenir que nous avions de gros trail signé KTM était celui de la 1290 … Bourrée de chevaux et d’électronique, haute, lourde, elle ne nous avait que moyennement séduit lors d’une virée en Sardaigne. Là on n’était plus dans le même monde et ce qui surprenait d’entrée c’était une réelle impression de légèreté de la moto.

Certes, la 1090 surprend d’abord par sa hauteur de selle, car même si l’autrichien moyen a la maille plus haute que le latin vulgaris, là, on frisait le gigantisme et mon 1m76 arrivait juste à poser la pointe des pieds sur le sol au point de me demander à quel moment j’allais mettre la bête à terre à l’arrêt … Tout au long de la balade cela fut mon hantise mais l’exceptionnelle maniabilité de la machine associée à un équilibre quasi parfait de l’ensemble roulant on fait que je n’y suis point arrivé, même dans les circonstances les plus scabreuses.

Cette moto c’est une invite au voyage et je retrouvais de situ ce goût d’aventure qui était ressorti de la globalité du tour du monde effectué par mon ami Loic au guidon d’un 990 il y a quelques années.

Comme la moto, perchée sur ses jantes à rayons de 21 devant et 18 derrière, se révèle de suite être un véritable vélo et comme la conduite est d’une remarquable précision les étapes, même longues, sont avalées avec une belle facilité et surtout dans une continuelle impression de sécurité.

Des watts, tu en veux, toi ?

La légèreté de l’ensemble, qui ne voit pas la moto chargée excéder les 300 kgs, pilote compris, est propulsée par le fameux V Twin 1050 cc de la marque qui développe 125 CV à 8500 tours avec un couple maxi de 109 Nm à 6500, c’est dire que le rapport poids puissance est favorable à l’engin.
Le ride by wire de la poignée de droite se fait totalement oublier tant il est doux et les trois possibilités de réglages Sport – Street et Rain sont bien déterminantes quand aux désirs du pilote et à l’adaptation aux circonstances.

Lorsque l’on pousse la machine dans ses retranchements on va avoir l’impression de conduire un roasdter sérieux car la connotation trail, à part la position de conduite haut perchée, se fait complètement oublier. Grâce à un pack électronique efficace et très aisé de réglage cette machine se révèle un compromis fort efficace pour qui veut voyager loin sans ménager sa monture.

En route pour l’aventure …

Je vous fais grâce de l’assistance à l’embrayage qui ne fut jamais pris en défaut malgré quelques rétrogradages à la sauvage, de l’ABS ( dé-connectable ) qui se révèle très soft et qui rassure plutôt qu’il ne contraint, du freinage qui fait la pige à nombre de sportives avec deux microsillons de 320 associés à deux Brembos radiaux quatre pistons à l’avant, et un seul, de 270 quand même, sollicité par un double étrier fixe, histoire de stabiliser l’arrière en entrée de courbe … Le bilan des courses c’est que cet engin s’est révélé , tout au long de cet essai, comme la moto qui passait le plus facilement d’un angle sur l’autre et surtout comme celle qui, le soir venu, n’avait pas été la plus difficile à piloter compte tenu de l’état de fraîcheur de votre serviteur.

Sur les routes portugaises, dans les descentes ardues sur les pavés dans les villages, sur les portions non revêtues et pour accéder à des endroits improbables au détour d’ascensions plutôt raides et d’épingles à cheveux plus que serrées, la 1090 Aventure R s’est révélée être une compagne des plus sécurisante même si sa haute taille semblait toujours devoir l’ handicaper, le couple de son moteur et la douceur de sa boite ont fait que j’ai pu me sortir sans dommage de tous les pièges.

Services annexes …

J’ai apprécié les valises latérales, étanches et bien conçues qui sont accessoires indispensables pour la balade au long cours. J’ai aimé aussi les protège mains extrêmement efficaces … c’est super quand on frise la corde envahie par les hautes herbes. Le tableau de bord, complet et bien positionné, les commandes faciles d’accès et les réglages de levier hyper efficaces. La selle est très confortable et je suis à jour d’un quelconque mal au séant même à l’occasion d’une étape retour de près de 900 km sous une température moyenne de plus de 35°C. La souplesse de la fourche pourrait se révéler être un défaut lors de freinages appuyés, elle est plutôt sécurisante. En effet, lorsque les revêtements sont dégradés elle encaisse absolument tous les chocs et, bien associée au mono amortisseur WP réglable, donne à la machine des allures de tapis volant.

Et si je résume …

Puissance c’est vu, maniabilité c’est vu, freinage c’est vu, suspensions c’est vu, facilité de conduite c’est vu, endurance c’est vu, bagagerie c’est vu … Consommation ???? Eh bien sur 5000 bornes, ce qui fait quand même une bon test grandeur nature, et à des allures bien souvent « légèrement » supérieures à la norme la moyenne fut de 5,7 litres au cent ( factures le prouvant !! ) ce qui est très bien pour une machine de plus d’un litre de cylindrée. Le réservoir de 23 litres assure ainsi une autonomie de plus de 400 km. Au tableau de bord vous pourrez contrôler la distance à parcourir avant ravitaillement sachant que d’expérience il y a une marge de près de 30 km sur les chiffres annoncés. En ce qui concerne les autres consommables nous avons passé une bombe de graisse pour chaîne et n’avons même pas eu à refaire le niveau d’huile. Les plaquettes sont certes entamées mais sans excès et le train de pneumatiques, pourtant largement sollicité, peut encore faire autant.

A revoir ….

Bon, vous allez dire « Tu es dithyrambique » … Certes, mais croyez moi, celle là, ce fut une vraie copine de voyage qu’il me coûte vraiment de laisser tomber. Et pourtant, comme toute bonne copine, elle a ses qualités … et ses défauts .. allez, je vais vous en parler !!

- Bon, alors, monsieur KTM pourquoi ne réduis tu pas la selle de 2cm en largeur, tu ne t’attirerais plus les foudres de ceux qui ne sont pas à la maille nordique et ainsi j’aurais ainsi pu poser l’intégralité du peton par terre me sécurisant un peu plus. La hauteur de selle c’est le principal défaut de la bestiole, le genre de truc qui va rendre l’achat rédhibitoire pour qui ne se sent pas en parfaite équilibre une fois la moto stabilisée à l’arrêt. On peut largement la compenser en la concevant légèrement plus étroite, cela ne nuira pas à la conduite !!!
- La petite vibration qui affecte la poignée de droite, ainsi que la même qui trouble la quiétude du cale pied de gauche, je pense qu’elles peuvent sans problème être largement atténuée par les silentblocs qui vont bien.
- La difficulté à trouver le point mort c’est un truc qui doit se régler en trois coups de cuillère à pot il faut absolument y remédier car c’est d’un ch... à l’arrêt moteur tournant !!
- La verticalité de la béquille latérale, au demeurant un peu trop longue, ne me dit pas qu’on ne te l’a pas déjà dit pour d’autres machines .. par contre je note au passage que tu as augmenté l’ergot qui permet de la mettre en place suivant ainsi nos « précieux » conseils.
- Et un dernier truc .. le bruit … équipée du pot d’origine la bestiole nous la joue Massey Ferguson … c’est d’un désagréable, et puis pour faire retourner les gonzesses, c’est plutôt râpé !!

Au revoir ...

Alors à quoi la comparer ? La concurrence est rude dans la catégorie mais je ne vois que 2 machines qui pourraient jouer avec le 1090 dans la même tranche de service .. La Honda Africa Twin, plus chère, moins motorisée ( 998cc ) et surtout bien moins puissante et le mythe 1200 GS, pas plus puissante, guère plus coupleuse et surtout immensément plus chère .. moi, si je devais, je serais joueur et je garderait la Katoche, vous me direz, après une balade comme celle du Portugal, on ne peut qu’aimer les cathédrales gothiques !!

Hervé

Un grand merci à KTM France pour la mise à disposition de la machine afin d’en effectuer ce test longue durée, une belle preuve de confiance envers Motards En Balade.

Fiche technique :

Moteur : 1050cc, 2 cylindres, 4-temps, injection d’essence
Transmission à 6 rapports
ABS ( déconnectable )
Système antipatinage à 4 modes : Sport, route, pluie.
Système de contrôle de stabilité
Système de contrôle de traction
Système d’amortissement électronique
Fourche AV inversée WP réglable en précharge compression et détente ; Ø 48 mm ; 220 mm de débattement
AR - Bras oscillant mono-amortisseur WP réglable en précharge compression et détente ; 220 mm de débattement
Frein AV : Double disque Ø 320 mm ; étriers radiaux Brembo 4 pistons ; ABS
Frein AR : Simple disque Ø 268 mm ; étrier Brembo 2 pistons ; ABS
Roues AV : 90/90 x 21 et AR : 150/70 x 18
Poids : 221 kg tous pleins faits ( vérifié )
Contenance réservoir : 23 litres
Hauteur de selle : 890 mm
Pare-brise réglable manuellement et protège-mains
Roue de 21″ à l’avant et 18″ à l’arrière, pneus tubeless.
Options : Valises latérales – Top case
Tarif : 14290 euros




Portfolio

JPEG - 75.7 ko JPEG - 252.3 ko JPEG - 194.6 ko JPEG - 194.6 ko

Commentaires

Météo

Nimes, 30, France

Conditions météo à 20h00
par weather.com®

19°C


  • Vent : 4 km/h - nord
  • Pression : 1011.2 mbar
Prévisions >>

Prévisions du 25 septembre
par weather.com®

Max
Min


  • Vent
  • Risque de précip.
<< Conditions  |  Prévisions >>

Prévisions du 26 septembre
par weather.com®

Max
Min


  • Vent
  • Risque de précip.
<< Prévisions


Sites favoris


1 site référencé dans ce secteur