Du Bol pour le SERT

lundi 13 septembre 2010
par  Guido
popularité : 1%

L’équipe officielle Suzuki du SERT s’impose une nouvelle fois dans la plus vieille des courses d’endurance moto de l’Hexagone au terme d’une 74ème édition balayée par les revers de fortune.

Retour de manivelle et revirement du sort. Cette 74ème édition du Bol d’or s’est muée en partie de roulette tant elle a connu de rebondissements. C’est d’ailleurs dès le départ que la course d’endurance a été frappée du sceau du suspense.

En effet, la course de 24 heures a débuté par un carambolage dans la ligne droite des stands. Si tous les pilotes ont pu se relever, deux équipages - dont National Motos - ont dû se retirer sur le champ sans avoir bouclé un seul tour du circuit de Magny-cours (Nièvre).

Au fil des tours, les équipes les plus en vue ont connu leur lot d’écueils. Par exemple, la Honda n°63 du Michelin PRT a abandonné à la suite d’une chute. Son pilote, William Costes, a été relevé avec deux fémurs brisés. Les multiples casses moteur ont entraîné plusieurs sorties du véhicule de sécurité. Ces changements de rythme ont d’ailleurs nuit gravement à la Yamaha n°1 du Yart. L’équipe autrichienne championne du monde 2009 a été contrainte de déclarer forfait pour cause de fuite d’huile vers 22 heures, à peu près en même temps que l’équipe officielle Kawasaki, vainqueur des derniers 24 heures du Mans.

A la suite de ces péripéties, le GMT 94 se retrouvait en tête de course. Cette performance de l’équipe de Christophe Guyot est à souligner car celle-ci était jusqu’alors associée à Bridgestone. En début de saison, le manufacturier nippon avait souhaité développer un pneu d’endurance afin de compléter sa gamme compétition élaborée en MotoGP. Déçu par le développement de l’usine japonaise, le GMT 94 s’est tourné vers Michelin pour préparer ce Bol. C’est donc sur une Yamaha R1 chaussée de gommes méconnues que les trois pilotes du GMT 94 prenaient les commandes de l’épreuve.

Malheureusement, en raison de la chute de Grégory Junod et de la surconsommation chronique de pneus et de freins d’une R1 mal réglée, l’équipe de l’ancien instititeur-motard lâchait prise face au SERT. L’équipe Suzuki s’installait ainsi en haut du tableau de marche à la nuit tombée.

Récents vainqueurs des 8 heures d’Albacete au guidon de la GSXR ; Vincent Philippe, Freddy Foray et Guillaume Dietrich (de retour à la compétition après son crash aux 24 heures) enchaînaient les tours sans mollir, suivis par la Kawasaki suisse du team Bolliger, actuellement leader du championnat du monde d’endurance.

Dimanche à 15 heures, la Suzuki n°2 franchissait la ligne pour la dernière fois, au terme d’une ronde de 781 tours. Derrière le team Bolliger, la Yamaha R1 de Folch endurance prenait la troisième place sur le podium. Le GMT 94 termine 5ème derrière la machine du RAC 41 City bike.

Parmi les équipes restées sur la carreau de cette 74ème édition du Bol d’or, on compte malheureusement la GSXR n°18 de l’équipe des sapeurs-pompiers ainsi que la Ducati 1198 de la Scuderia Rosso de Nîmes. La BMW BMP Elf qui avait décroché la pole lors des qualifications a regagné définitivement son box , 4 heures avant l’arrivée, meurtrie par un crash au lever du jour.

Le Suzuki Endurance Racing Team (SERT) de Dominique Mélian a ainsi fêté un spectaculaire 25ème anniversaire à la Suzuki GSXR.

Guido du Bourdon nippon.



Portfolio

Le GMT 94, un temps leader. Abandon sur crash du Michelin PRT. La GSXR n°2 du SERT remporte le Bol d'or (...) Lueur dans la nuit : Freddy Foray sur la (...)

Météo

Nimes, 30, France

Conditions météo à 20h00
par weather.com®

19°C


  • Vent : 4 km/h - nord
  • Pression : 1011.2 mbar
Prévisions >>

Prévisions du 25 septembre
par weather.com®

Max
Min


  • Vent
  • Risque de précip.
<< Conditions  |  Prévisions >>

Prévisions du 26 septembre
par weather.com®

Max
Min


  • Vent
  • Risque de précip.
<< Prévisions


Sites favoris


3 sites référencés dans ce secteur