ESSAI Retro HONDA CB 750 FOUR K2 (modèle 1972)

mercredi 29 décembre 2010
par  Hervé
popularité : 8%

Rétro qu’on vous a dit .. Rétro mais mythe quand même et je dirais même plus "mite railleuse" car cette brelle va tout de même sur ces 40 balais comme qui rigole et va bientôt faire tourner son compteur.

Elle appartient à notre vieux pote Albert et hormis l’hiver où ses vieux os préfèrent le confort de son ludospace sa "mamie" roule quasiment tous les jours .. pour aller chercher le pain !!

Il l’a achetée d’occase, elle avait 18000 km en 1974 .. Eh oui, à cette époque on roulait .. Elle était équipé d’une selle mono et de guidons bracelets qu’Albert a vite fait de virer pour remplacer par l’origine. A l’époque la « quatre pattes » était ce qui se faisait de mieux dans le monde de la moto et ne serait ce que le plaisir d’avoir un quatre cylindres entre les jambes beaucoup se sont saignés aux quatre veines !!

Cela faisait un bail que je le tannais pour qu’il me la prête le temps d’un essai .. En cette fin d’automne il a consenti ... Je ne fus pas déçu !!

Première vue

C’est une moto .. deux roues, un moteur, un peu de chrome un bon cadre en ferraille des roues à rayons et un frein à disque … Le quatre pattes luit doucement en attendant de s’ébrouer … Les couleurs ne sont pas passées malgré les années et le revêtement de la selle même si il est un peu tanné par l’usage le présente aucun accroc .. On peut dire que la quadra elle nous la joue cougar !!

Enjambons ..

Même si les proportions de la machine sont plus en rapport avec un 125 de l’époque actuelle le poids de la bestiole avoisine quand même le quart de tonne une fois tous les pleins faits .. Ils faisaient dans le solide dans les seventies, du bon acier et de la bonne fonte !! La brelle est sur la latérale et on en chie un peu pour la redresser.. pas de doute l’équilibrage des masses ne fut pas la préoccupation première des ingénieurs !!

Dessus …

Bon, on y est, le moment de vérité approche. Le large guidon tombe bien sous les mains mais tu te retrouves bizarrement assis droit comme un I sur une selle épaisse et qui semble fort glissante .. La position est absolument irracontable .. à mi chemin entre un custom et un dragster … Pour conduire avec les genoux tu repasseras .. va falloir tout faire au contre braquage mon gars !!

On fait péter ?

On a le choix entre le kick ou le démarreur électrique … de nos jours hormis quelques chinoises et la regrettée W650 guère de machines proposent cette alternative … bien utile toutefois si la roue libre a des velléités de relâche.

On est joueur, la dame est froide quelques coups de kick vont la réchauffer. Pourquoi quelques ? Si tu respectes le cérémonial un seul doit suffire .. Tu ouvres l’essence ( le petit robinet ) … Tu attends cinq secondes que les cuves des carbus soient pleines … tu engages le starter à fond et un bon coup de jarret .. si tu ne t’es pas gouré dans l’ordre des choses cela va péter au premier coup.

Et c’est quand même là que tu vas t’apercevoir que la mémère elle a quelques années de vol ..

J’avais souvenance du bruit feutré du quatre pattes, du manque total de vibrations, quasiment de vie, par rapport aux européennes qui lui faisait concurrence. J’avais encore en mémoire le feulement de ce berlingue atypique au moindre coup de gaz ..

Eh bien là c’est raté …

Certes elle a pété, mais dans un sacré bruit de ferraille .. entre l’embrayage qui pleure misère, la distribution qui cogne, les culbus qui réclament un réglage et la chaine primaire qui se contente de se faire entendre d’un seul coup on se rend compte qu’on n’est plus seul dans le garage. Les quatre pots soufflent autant qu’ils peuvent .. il faut dire que ceux du dessous on même tendance à souffler directement depuis leur cône principal, la corrosion ayant fait son office .. C’est vrai qu’à 450 euros le bout .. et il y en a quatre … le père Albert hésite un peu à effectuer le changement !!

A part ces quelques particularités, tout va bien, la brelle chauffe relativement vite et comme par miracle tout se met petit à petit en place .. ou alors c’est mon oreille qui s’habitue … Je suis en mesure d’affirmer que la machine semble même ronronner de plaisir.

En voiture Simone ..

La descente du petit trottoir juste en face le bouclard va me faire rapidement comprendre … 1 : Que la garde au sol est assez faible .. 2 : Que les amortos, même si ils ne sont pas d’orig .. ont suffisamment de kil dans les rotules pour que l’on envisage sérieusement de les mettre à la réforme !!
En ce qui concerne la boite c’est remarquable de douceur, les cinq rapports s’enchainent sans aucun problème. Le moteur tracte tranquille .. à la température subie par la cuisse droite on se rend compte que la brelle est opérationnelle .. Sans aller jusqu’à lui tirer exagérément sur la gueule, j’exerce sur la poignée une tension un peu plus prononcée .. La route qui mène au col je la connais par cœur .. Une jolie ligne droite, c’est le moment de voir ce qui lui reste de puissance .. Un petit coup d’œil au compteur me fait entrevoir une aiguille qui flirte avec le 160 .. Put... elle en a encore dans le ventre la mamie .. Bon eh bien il est temps de lever un peu le pied, le gauche qui arrive présente une petite compression et le droite qui suit n’est pas piqué des vers !!!

La suite j’avoue que j’ai failli ne jamais pouvoir vous la raconter !!!

J’étais dans la BD du Joe Bar Team .. Merd.. merd .. merd … Je l’ai vraiment vécu … Pris dans mon analyse j’avais réagi avec cette infa.. salop.. oh pardon .. merveilleuse machine .. comme si je pilotais un engin normal .. J’avais complètement oublié mes réflexes d’il y a quarante balais, les freinages anticipés, le cramponnage du guidon dans l’attente du guidonnage intempestif, les genoux qui enserraient la selle pour contrarier cette saloperie de cadre en guimauve qui allait se tortiller comme une chenille qu’on retourne, les poignets qui se blindaient pour amortir les tremblements de la fourche fine comme un manche à balai et le regard, essentiellement le regard .. qui oublierait complètement de mater une instrumentation aléatoire pour se fixer uniquement sur le point de corde du virage qui allait arriver au mépris total de tout mouvement parasite et aléatoire provenant de cet ensemble de ferraille mouvant sur lequel j’étais assis !!!

En bref …

M’est avis que si je ne m’en suis pas mis une c’est qu’il y avait un petit ange au dessus de moi qui devait être mort .. de rire !!
Je vous raconte en bref .. Çà a commencé au freinage …. enfin à l’essai de freinage .. tu tires sur le levier et il ne se passe quasiment que dalle il faut dire que le disque à l’avant est en acier massif, certes inusable et garanti à vie. Il fait joli sur la moto mais je suis certain qu’il est seulement efficace pour s’entrainer en athlétisme ou lester une palangre. Dans le dixième qui suis tu te dis que si l’avant joue relâche c’est l’arrière qui va te sauver .. Eh bien c’est encore râpé, là c’est un bon vieux tambour on off à l’arrière, c’est du tout ou rien .. au bout de 10 m de glisse tu lâches tout et tu recommences à transpirer.
Çà c’était avant le gauche avec la petite compression .. joueur j’ai jeté un œil sur le compteur .. l’aiguille était encore très légèrement au dessus de 100, je ne sais pas si c’était le poids de la moto ou l’effet du vent .. ce dont j’étais certain c’est que les freins n’y étaient pour que dalle .. mais j’avais perdu 50 bornes en un peu plus de 100 mètres, l’espoir revenait !!
Le gauche, je l’ai appréhendé ( c’est le cas de le dire ) pleine corde à gauche, histoire d’éviter la compress au centre .. de toute façon cela n’aurait pas changé grand chose .. le cadre s’est soudainement mis à se tortiller, la fourche quasiment à pomper et la moto fut d’un coup prise dans un louvoiement absolument incontrôlable qui me faisait presque perdre les appuis sur les repose pieds .. un instant je me suis demandé si il ne fallait pas mieux directement sauter .. et puis je me suis aperçu que tout doucement cela se calmait et … Puta .. que le droite me sautait à la gueule .. Je ne sais pas pourquoi je me suis déhanché comme cela .. à y réfléchir j’arrive à penser que c’est essentiellement pour éviter de prendre en pleine poire le camion qui allait invariablement m’arriver en face au beau moment ou je sortirait complètement à gauche de ce maudit virage !!!
En fait le déhanchement ne m’a pas évité de sortir en pleine gauche .. à la grande frayeur de la petite dame en 205 rouge qui a point regretté ce jour là d’avoir oublié de faire sortir la chatte au moment de partir et d’avoir du courir après la minette pendant 3mn et 17 secondes .. rendez vous compte pour une fois cela avait bien servi de courir après une chatte un laps de temps aussi long !! … le déhanchement façon Saarinen m’avait tout juste permis de prendre le virage sans toucher le muret .. restait la suite .. Je n’étais plus maître de rien, la brelle allait où elle voulait, par le plus grand des hasard elle enchaîna par un petit gauche puis un plus prononcé pour soudain s’arrêter dans le petit bout droit avant le moulin de chez Côme .. je ne sais pas pourquoi , juste avant de pouvoir descendre de ce maudit engin j’ai pensé combien ce prénom était original !!
J’avais les jambes qui flageolaient et je n’osait vérifier au fond de mon calbart si la trace de frein qui devait subsister avait un quelconque rapport avec celle de ma tentative de ralentissement d’il y a quelques secondes !!
Il se passa bien une dizaine de minutes et trois tentatives de roulage de cigarette avant que je ne reprenne complètement mes esprits.
Cela avait été chaud.

La suite de la grimpette du col se termina façon balade du troisième âge et je n’ai plus essayé de faire s’exprimer les 65 bourriques du berlingue jouant désormais sur le couple de la bestiole.

J’avais fini mon remake d’Edouard Bracame .. en live !!

Ailleurs que sur un col des Cévennes ..

En ville tu ne passeras pas inaperçu, les vitrines te rappelant à chaque fois que cette machine avait vraiment de la gueule !!
Le refroidissement est par air. Donc ça chauffe, le rendement moteur est moins bon, ça ratatouille aux relances. En fait cette moto c’est un radiateur ambulant, en hiver cela va encore mais dès que la température augmente, c’est le calorifuge assuré !!

Encore plus ailleurs ..

L’autoroute tu oublies !!

En duo

150 kgs de PTAC. J’en fais au moins 90 avec le cuir, le casque et les boots et j’ai commencé mon régime … heureusement que ma douce est légère !!
J’ai essayé avec elle. Spécial. Pas désagréable, mais spécial. T’as vraiment plus du tout de freins, la tenue de route devient plus qu’aléatoire, le moteur gueule (quel beau bruit !) et les relances sont plus que faiblardes. Bref, une école d’anticipation.
Mais quel tableau les mecs !

Le freinage

Voir plus haut !!

Les pneus d’origine

Ils auraient fini du finir brûlés sur une barricade après le choc pétrolier de 1975… Sinon, jolis. Étroits, pour la vivacité, très ronds, pour prendre des angles de fondu, et rainurés... pour se casser la gueule.

Révisions

Vidange quand t’as le temps, réglage culbus perso quand ça cliquette, tension distri facile… Vu la puissance de l’engin, les consommables souffrent peu. Donc c’est cool. Et le bourrin est super fiable (100 000 km ne sont qu’une étape, comme dirait l’autre…). Rien de cher ni d’introuvable, Honda a encore des stocks et l’adaptable est encore de meilleure qualité.

Entretien

Un coup de polish sur la carosserie et de Miror sur les chromes de temps en temps, un regard tendre et Hop ! ça repart.

Conso

6,5 litres en moyenne.

Points positifs

- un des mythes de la moto moderne
- une gueule sympathique d’ancienne, sans virer malgré les années à l’épave qui pisse l’huile.
- des sensations uniques et rustiques : une moto d’homme quoi.
- 60 euros d’assurance « collection » par an pour rouler tous les jours.

Points négatifs

- ne freine pas
- tient toute la route
- réclame un cierge après chaque sortie velue !!
- à planquer soigneusement .. car cela se vole bien.

En bref .. Magique la petite vieille .. j’en redemande ..
Il est bien vrai que c’est dans les vieux pots .. !!



Portfolio

JPEG - 4 ko JPEG - 5.5 ko JPEG - 4.1 ko JPEG - 3.9 ko JPEG - 3.9 ko JPEG - 130.7 ko

Commentaires

Logo de paco
lundi 28 janvier 2013 à 23h15 - par  paco

merci pour ce grand moment, on s’y croirait ! Les mots, les images, ça sent la grande histoire accoudé au comptoir à enchaîner les pintes, ça sent la vie quoi. J’ai 26 ans, je pense qu’une génération doit nous séparer, mais pour le coup, ça m’a parlé. Bonne route et lâchez pas les brêves !

Météo

Nimes, 30, France

Conditions météo à 03h00
par weather.com®

12°C


  • Vent : 0 km/h - N/D
  • Pression : 1012.5 mbar
Prévisions >>

Prévisions du 21 septembre
par weather.com®

Max
Min


  • Vent
  • Risque de précip.
<< Conditions  |  Prévisions >>

Prévisions du 22 septembre
par weather.com®

Max
Min


  • Vent
  • Risque de précip.
<< Prévisions


Sites favoris


1 site référencé dans ce secteur