A moto dans Paris !!

vendredi 25 mars 2011
par  Hervé
popularité : 3%

Un papier que nous avait fait notre pote Chienbrun il y a quelques années mais qui est toujours d’actualité, je viens de le vérifier la semaine dernière où en l’espace de quelques kilomètres j’ai bien failli me faire couper en morceau une paire de fois. Du coup je l’ai bien relu et je me suis dit que cela pouvait vous être utile !!

De la conduite en Région Parisienne ..

La conduite en RP ne relève pas exactement du domaine motocycliste mais,
comment dire, un peu à la fois de l’apprentissage du zen et du Pacman en
milieu hostile. je suis pas une sommité de la conduite urbaine, mais j’y
survis depuis moult années dont la plus grosse partie effectuée sur deux roues, alors je peux témoigner.

Et par exemple je ne partage pas les recommandations visant à te faire
renoncer au périph. A bien des égards, et en respectant le mode d’emploi le
périph apporte un niveau de sécurité satisfaisant, voire bien meilleur que
Paris intra-muros.

Les seules voies qu’il faut vraiment éradiquer à mon avis sont celles qui
sont devenues impraticables en raison des couloirs de bus : pour l’essentiel
la rue de Rivoli en journée, l’avenue du Maine, bd Magenta, les boulevards
des maréchaux sud-est à sud-ouest de Paris : ces voies là sont épuisantes physiquement dans une circulation qui ne permet pas de se faufiler. Ou alors tu peux prendre la décision de prendre les couloirs de bus, à tes risques et périls, mais dans ce cas serre la gauche du couloir pour ne pas emmerder les vélos et tient un petit 50 badin. Tu peux prendre ces itinéraires tard le soir.

Vérité n°1 : Plus tu choisis des itinéraires au cœur de Paris, moins les
bagnoles connaissent. Faire un trajet tarabiscoté au cœur du 5e et 6e
arrondissement est toujours plus agréable, moins dangereux et plus efficace
que de chercher à prendre les blocbusters. D’ailleurs les plus jolies filles sont autour du Panthéon où elles achèvent leurs études à la terrasse des cafés : tout itinéraire qui se respecte passe par le Panthéon.

Vérité n° 2  : certains itinéraires te permettent de traverser rapidement la capitale, d’ouest en est par exemple, en jouant en quelque sorte le rôle de
Gulf Stream : en particulier les voies sur berges, une aberration du point
de vue urbanistique, mais une bénédiction pour le motard. Partant de Bercy,
il me faut 7 minutes pour aller Musée d’Orsay par les quais, 10 petites
minutes pour rejoindre Bercy depuis la Concorde. ces voies là sont toujours
les moins emmerdantes et les plus roulantes, et une fois sur le "rail" entre
les deux voies tu n’as plus qu’à surveiller les bagnoles en évitant de
rouler plus de 4 fois plus vite qu’elles (pour commencer je recommanderai
plutôt 20% plus vite, pas plus). La circulation à Paris consiste donc pour
l’essentiel à rejoindre le plus vite possible les "rails" (voies sur berge,
rue de Vaugirard, périph, bd Poissonnière) à partir de séquences "spot" où
l’on privilégiera l’étude du Parisien dans son milieu naturel.

Vérité n° 3  : Le périph n’a pas que des défauts : il est constant, il n’y a
pas de feux, pas d’intersection et la grande majorité des automobilistes
s’attendent à y voir des deux roues, je dirai même que la plupart d’entre
eux te facilitent la vie (bon, c’est vrai que dans mon cas ils sont persuadés d’avoir affaire à une moto de flic... NdW .. l’homme roule en germaine !! ).
Aux heures de pointe notamment il est moins fatiguant de prendre le périph pour traverser Paris que de passer par l’intérieur. A mon avis la règle d’or sur le périph est de rouler exclusivement entre les deux dernières voies de gauche et ne les quitter que pour entrer et sortir, aussi vite que possible. Allumer tout ce qu’on peut sauf les phares, rester zen, en avant calme et droit, NE JAMAIS CROIRE QU’IL EXISTE DES MOMENTS DE Répit, LA CIRCULATION EN DEUX ROUES A PARIS EST UNE ACTIVITÉ EXCLUSIVE ; ne pas coller la moto ou le scooter de devant, ne pas paniquer à cause de l’excité en Tmax qui te colle au train derrière, regarder tes rétros toutes les 3,5 secondes, regarder 50 m devant toi d’un coup d’œil circulaire qui englobe la route, l’immatriculation des bagnoles et le modèle, les bagnoles qui entrent sur le périph (2 fois sur trois un type venant de la droite qui vient de se glisser entre deux bagnoles sur la voie du milieu va vouloir poursuivre le mouvement vers la voie de gauche d’un seul mouvement, alors qu’il ne peut pas voir ce qui arrive de sa gauche) ; être attentif à l’inclinaison de la tête du
conducteur dans les voitures qui te précèdent : avec un peu d’entraînement
tu sais détecter un type qui va changer de file avant même qu’il y ai pensé
lui même. Ne pas dépasser de plus de 30% la vitesse des bagnoles et réduire
cet écart lorsque la vitesse ralentit : dans un embouteillage totalement
arrêté, on devrait raisonnablement rouler à 20 km/h. la réaction devant un
changement de file c’est que tu dois déjà avoir commencé à freiner lorsque
la roue avant de la bagnole fait mine de bouger, car si tu attends le
clignotant, ou pire le regard dans le rétro, c’est que tu vas aller par
terre. Le secret de la survie est là : il faut avoir anticipé les
conclusions du raisonnement en cours dans la bagnole devant pour savoir ce
qu’il VA faire dans une 1,5 secondes.

Éviter de passer entre deux camions. Les panneaux indicateurs au dessus du
périph signalent des blaireaux qui pilent pour les regarder, et d’autres qui
vont changer de file brutalement. Perturbations prévisibles. Les queues
d’embouteillage sont les plus dangereuses car c’est toujours l’endroit ou un
blaireau va vouloir changer de file au dernier moment. les remerciements
adressés aux automobilistes qui te facilitent le passage sont toujours
appréciés (signe de la main ou du pied) mais ils peuvent te coûter la vie,
tu seras donc dispensé d’en user frénétiquement.

Considère que 7 conducteurs sur 10 sont conscients qu’il y a des deux roues
autour d’eux, 1 sur 3 mettra son clignotant avant de changer de file et 1
sur 5 regardera dans son rétro. Tire en les conséquences. Ne pas oublier
qu’il existe pleins de vrais angles morts sur les bagnoles et sur les motos,
en particulier en arrière latérale : éviter d’y traîner. On ne reste JAMAIS
derrière un camion.

Prévoir des lingettes pour la figure, c’est salissant le périphérique.

Vérité n° 4 : On s’arrête TOUJOURS au feu rouge, voire au feu orange pour plus de sécurité, mais on a toujours le réflexe de vérifier que la X5 qui te
colle au train derrière avait aussi l’intention de s’arrêter. Encore plus
vrai si tu prends l’initiative de respecter la priorité d’un passage piéton
 : tu seras le seul à le faire et tu fais prendre un risque mortel au piéton
qui croira que les autres aussi vont s’arrêter : s’il s’agit d’enfants,
stationner la moto en travers de la route et les faire traverser. Ne pas
hésiter à donner un coup de boule au X5 qui vient de passer sur le trottoir.
Sur la plupart des boulevards parisien lorsqu’ils sont encombré, le mieux
est de rouler à gauche de la voie de gauche, c’est à dire à contre-file, en
étant particulièrement vigilant aux "trous" entre les bagnoles sur ta droite
(qui peuvent annoncer une priorité à droite), aux engins qui viennent d’en
face et qui réclament la totalité de leur voie (mention spéciale aux
autobus) et aux scooters qui sont derrière toi et qui trouvent que tu ne vas
pas assez vite.

On ne démarre PAS au feu vert mais au feu vert lorsque le passage est clair
 : je ne compte plus les cartons de scooters aux intersections, l’un ayant
décidé d’anticiper le feu vert, l’autre étant passé au rouge. La fluidité de la circulation à Paris ne naît pas des feux mais de l’anticipation et de la connaissance des itinéraires.

Vérité n° 5 : les scooters et les 125 sont tes pires ennemis : ce sont des
automobilistes sur deux roues. Ils ont un kit mains libre et en conséquence
téléphonent en roulant. Ils ne regardent jamais leur rétroviseurs et ne
mettent jamais leur clignotant. Ils te doublent au feu rouge en s’installant
au milieu du passage piéton où ils emmerdent lesdits piétons ; ils sont
incapable d’anticipation ni d’analyse et trouveront le moyen de te doubler à
10 m d’un feu rouge. Parmi eux la population des renégats en Tmax 500 ou en divers italienneries à trois roues est la pire, car ceux là ont appris à conduire mais n’ont aucune intention de respecter leur prochain : ne pas hésiter à les précipiter contre des piles de ponts si c’est possible. ne jamais dépasser un deux roues dont tu n’es pas sur qu’il t’a vu, sauf à prendre suffisamment d’espace et doubler vite.

Vérité n° 5 : Le stationnement devient risqué : dans la plupart des
quartiers beaucoup de stationnements deux-roues ont été mis en place, certes peu pratiques à l’usage mais bon...la contrepartie c’est que les flics
verbalisent facilement, voire systématiquement les deux roues sur les
trottoirs (champs Élysée, sentier....) J’ai un pote qui vient de se prendre
une prune car garé sur le trottoir : sa bécane ne gênait pas quand il s’est
garé mais par la suite une nuée de scooters s’est garé derrière, rendant le
passage difficile : c’est lui qui a eu le PV, pas les scooters.

Sur les emplacements deux roues, surtout avec une moto encombrante, je recommande de se garer roue avant vers le trottoir : les camions de livraison utilisent volontiers l’espace devant les emplacements comme aire de livraison et te coincent. Il faut que tu puisses sortir dans tous les cas par le
trottoir...Évidemment si ta bécane stationne la nuit dehors, il est
absolument impératif qu’elle soit attachée à quelque chose de robuste avec
un U, de préférence dans un quartier fréquenté la nuit avec beaucoup de
passage. Les devantures de commissariat sont très prisées (place Ste
Placide, par exemple). Si tu stationnes sur un trottoir, uniquement un
trottoir large où ta bécane ne peut pas gêner le passage : éviter de
stationner aux abords des ambassades ou agences El Al, les flics nerveux
sont capables de faire sauter le top-case.

Vérité n° 6 : La conduite de nuit et sur les axes péri-urbain est un exercice en soi : si tu dois prendre des rocades, A86, N104, A6, en particulier la nuit entre minuit et 3h du matin, la proportion de conducteurs bourrés et
drogués et beaucoup plus forte : on se croirait en Bretagne. Attention aux
comportements totalement erratiques et Surtout aux bagnoles qui déboulent à + de 130 sur n’importe quelle voie (ce sont les retours vers les banlieues)
 : surveiller de manière obsessionnelle ou bien, comme n’importe quel féru te
l’expliquera, rouler franchement plus vite qu’eux.
C’est la nuit que tu trouveras des types capables de faire demi-tour sans prévenir en franchissant la ligne blanche, quitter un stationnement sur les chapeaux de roues sans prévenir, rouler à contre sens ou te doubler par la gauche alors que tu es déjà à gauche de la voie de gauche. je ne plaisante pas, c’est du vécu.

Vérité n° 8 : Bien évidemment, surtout par temps de pluie, se méfier du
marquage au sol, des traces de gasoil sur les rond-points, des passages
piéton dans les virages et des plaques d’égout dans les virages aussi, des
voitures qui ne voient ABSOLUMENT PLUS RIEN et des freinages tardifs.

Vérité n° 9 : Pour profiter de Paris dans les meilleures conditions, ne pas
hésiter à jouer de la complémentarité des moyens de transports : garer la
moto là où ça va bien, prendre la ligne 14 ou un bus sympa.

Vérité n°10 : Si tu décides de rouler dans la région parisienne, fais le
franchement : les motards les plus dangereux pour eux même que je croise
sont ceux qui roulent tétanisés, pas assez vite et sans regarder
suffisamment autour. Il faut conduire TOUJOURS UN PEU PLUS VITE que les
voitures, NE JAMAIS FAIRE L’ÉCONOMIE DU COUP D’œil LATÉRAL DE SÉCURITÉ,
changer franchement de file, accélérer franchement, se dégager franchement,
enfin bref tout ce qu’on t’apprends à l’école, mais pour de vrai. il faut bien savoir que là, y’a pas de redoublement.

Vérité n° 11 : C’EST SUPER FUN !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Chienbrun



Météo

Nimes, 30, France

Conditions météo à 19h00
par weather.com®

18°C


  • Vent : 19 km/h - nord nord-ouest
  • Pression : 1011.5 mbar
Prévisions >>

Prévisions du 19 septembre
par weather.com®

Max
Min


  • Vent
  • Risque de précip.
<< Conditions  |  Prévisions >>

Prévisions du 20 septembre
par weather.com®

Max
Min


  • Vent
  • Risque de précip.
<< Prévisions


Sites favoris


3 sites référencés dans ce secteur