La Corse à moto … Episode 2 : Où aller ? Nos itinéraires favoris dans le Nord de l’île.

lundi 25 juillet 2011
par  Hervé
popularité : 9%

L’île de beauté comporte environ 800 km de routes côtières et 3500 km de départementales intérieures. Cela vous laisse quand même un peu de place pour vous déplacer sur ce rocher de 200 km de long sur 80 km de large posé au milieu de la mer Méditerranée.

Deux possibilités vont s’offrir à vous : l’itinérance ou la sédentarité. Sachez que si vous optez pour la première il vous faudra chaque jour trimballer les bagages et que sur les routes corses qui comportent le plus souvent un virage tous les dix mètres cela sera une gêne supplémentaire. Cette solution aura toutefois un avantage : celle de ne vous permettre en une petite semaine de ne rien manquer comme site superbe sur la totalité de l’île.
En ce qui me concerne je privilégie le confort aussi je préconise le camp de base avec option double hébergement, une option qui va vous permettre de rayonner à la fois dans le Nord et dans le Sud. 3 jours en poste vers Bastia, avec un point d’arrivée dans cette région ( les ferries arrivent sur Bastia et Ile Rousse ) puis ensuite le reste de votre séjour vers Ajaccio avec un départ de cette même ville voire de Propriano pour regagner le continent.

Toutes les routes corses offrent de l’intérêt et vous découvrirez à chaque courbe un nouveau point de vue. Il est vrai que si vous posez au beau milieu de la mer un rocher de 2700 mètres de haut ( le Monte Cinto, plus haut sommet de la Corse culmine à 2710 m et l’altitude moyenne des routes de l’île est de 430 m ) et que vous faites tourner autour un réseau routier vous aurez de grandes chances pour bien souvent découvrir la mer au détour d’un virage.

Nous allons vous proposer six itinéraires particuliers, trois dans le Nord de l’île et trois dans le sud ainsi qu’une liaison originale pour gagner votre second camps de base. Nous ne vous donnerons pas d’adresses pour ceux-ci sachant que partout vous pourrez trouver, pour peu que vous ne soyez pas en pleine saison et que vous ne désiriez pas être dans un coin particulièrement touristique, la petite chambre d’hôte, le terrain de camping voire même le petit hôtel ou la pension de famille qui vous offrira à chaque fois un accueil sympathique.

De Bastia à St Florent : Le Cap. 140 km

L’exemple le plus typique des routes côtières est bien entendu le tour du Cap Corse, entre Bastia et St Florent. Cela semble rien mais en fait il y a 136 km entre ces deux villes si bien évidemment vous faites deux détours incontournable : Le port de Centuri avec ses pêcheurs de langoustes et la ronde de Barcaggio qui va vous permettre de voir la Giraglia, cette petite île posée sur le sommet de l’île comme le point sur un i. 136 km qu’il vous faudra environ 4 heures pour effectuer sachant qu’entre Bastia et Erbalunga il est quasiment impossible de doubler, D’Erbalunga à Macinaggio c’est bien trop beau pour aller vite surtout si le temps est dégagé et que vous pouvez voir l’île d’Elbe qui se détache sur l’horizon, de Macinaggio jusqu’à la remontée de Centuri en ayant effectué les deux petites boucles, la route est totalement pourrie et du couvent de St François à St Florent vous aurez envie de stopper à chaque mètre.

A ne pas louper sur cet itinéraire :

- Au centre le Monte Stello qui culmine à 1307 m .. pour les marcheurs cela vaut son pesant de cacahuètes pour peu qu’il fasse beau et qu’il n’y ait pas de vent .. c’est rare !!
- Erbalunga et ses maisons les pieds dans l’eau et sa tour génoise qui veille sur la mer Tyrrhénienne
- Un petit plus que nous avons découvert par hasard : à Porticciolo quitez la route principale ( D80 ) et prenez sur l’intérieur des terres la D132 vers Piazza ( à un moment vous aurez deux options de toute façon cela mène au même point , prenez celle qui n’a pas été gravillonnée récemment !! ) De Piazza vous garderez la D32 qui vous emmènera à Luri et au passage ouvrez bien les yeux .. je ne vous en dirai pas plus !! Pour revenir quand vous aurez rejoint la D180 il vous restera 6 km pour rejoindre la route principale.
Tollare, à la pointe du Cap .. Bien plus joli que Barcaggio avec ses affleurement de calcaire qui ont des airs bonifaciens.
- Le port de Centuri : Un port qui remonte aux romains avec ses maisons aux toitures de pierres plates vertes.
- Un peu avant Minerbio le tombeau des Calizi-Altiéri .. impressionnant !!
- La mine d’amiante d’Abro .. abandonnée et soi disant sans aucun risque de contamination .. d’ailleurs si vous regardez la plage situé un peu plus loin vous remarquerez qu’elle est d’une couleur tout à fait naturelle : d’un gris métallique assez irréel .. Il paraît que cela ne risque rien !!
- Nonza .. C’est beau ; la plage est également noire et la tour Paolinienne et non génoise semble accrochée au ciel.

Le Désert des Agriates et la route des artisans. 200 km.

De St Florent à Calvi et retour par l’intérieur des terres sur St Florent 200 bornes de pur bonheur à effectuer sur une journée ..
C’est surement l’un des itinéraires que je préfère sur l’île et pourtant je n’ai pas eu l’occasion de la faire souvent car c’est un peu une épreuve de vérité et surtout il ne faut pas s’y aventurer en haute saison.

Cela débute bien par la D81 qui traverse le Désert des Agriates récemment regoudronné .. grand moment de moto en faisant gaffe toutefois à quelques virages qui ferment, à certains natifs qui ont tendance à couper sérieusement les courbes en face de vous et à Casta à quelques trous sur la chaussée, on ne sait pas trop pourquoi et une série sympathiques de « gendarmes couchés » qui ne vous incite pas du tout à la vitesse. Prenez bien du plaisir à l’aller, pour revenir sur St Florent on y repassera.

Du croisement avec la N197 jusqu’à Calvi vous allez prendre 45 kilomètres de grand moments, certes la route est une superbe nationale mais elle va passer sur une portion mythique de la côte corse, une sorte de côte d’azur insulaire. Ile Rousse et ses ilots de granit rouge, Algajola et son église fortifiée, et Calvi la ville de la légion ce sont trois citadelles qu’il faut apprécier et visiter.

A Calvi on va quitter la côte pour revenir plein est par la fameuse route des artisans la D151. Là on va oublier l’affluenec de la côte pour découvrir les villages perchés de la Balagne. Le jardin de la Corse où, pour se protéger des envahiseurs les habitants adossèrent leurs villages aux flancs de la montagne. Ils semblent suspendus à leurs rochers les Calenzana, Feliceto et autre Speloncato. Vous trouverez tout au long de ces 55 km jusqu’à Belgodère moult d’ateliers d’artisans qui refont vivre les métiers traditionnels. A Belgodère vous prendrez sur la droite la petite et tortueuse 197 de la montagne pour passer le col de San Colombano puis plonger jusqu’au croisement avec la D12 que vous prendrez sur la gauche pour grimper jusqu’à Novella et sa superbe église. Ensuite cela sera 13 bornes de pur bonheur dans la vallée de l’Ostriconi qui vous conduirons de nouveau au croisement avec la Balanina pour retrouver le désert de Agriates dans l’autre sens et revenir sur St Florent.

A ne pas louper :

- L’église baroque d’Aregno
- Le site médiéval de San Antoniono
- L’huile d’olive de Feliceto
- La pierre percée de Speloncato

Marana - Castaniccia et Nebbio : 150 km .. mais quels kilomètres !!

Toujours au départ de St Florent vous allez remonter sur le Cap jusqu’au croisement avec la route de Patrimonio .. Pas question de s’arrêter pour gouter le merveilleux breuvage dont la conception sur cette terre gorgée de soleil remonte au 5ème siècle avant JC .. cela sera pour le retour car il y a un peu de route à faire. Juste avant le Col de Teghime à 540 m d’altitude et d’où d’un seul regard on va pouvoir englober, pour peu que le temps soit clair la totalité du Cap de Bastia à St Florent. Juste avant, on prend à droite la D38 qui va nous conduire à Oletta et c’est là que le festival le virages va commencer.

A Oletta prendre à gauche la D82 qui va vous conduire jusqu’au col de San Stéfano et après arrêt obligé pour sentir les cisteset les bruyères on va prendre sur la gauche ( 2 fois ) la D62 qui va nous faire rejoindre le littoral en passant par le défilé du Lancone.

Arrivé sur la côte vous prendrez à droite la N193 jusqu’au croisement avec la 198 qui vient de Corte. Continuez sur la 193 pendant encore 3 bornes jusqu’au lieu dit Torra et là ne vous manquez pâs tournez à droite sur la D237 … Après , dans un enchevêtrement de routes en corniche, au gré des paysages à couper le souffle et des points de vue grandioses débrouillez vous pour faire les 2à bornes qui vont vous faire rejoindre la D506 en direction de Piedicroche ( astuce toujours à gauche sauf pour aller à Piano !! )

Au croisement avec la 506, si vous y arrivez, prenez à droite et gagnez Piedicroche .. Vous comprendrez alors ce que c’est que la Castaniccia avec les cochons qui se baladent, les châtaigniers qui bordent la route et cette atmosphère lourde ou traîne toujours l’âme de Pascal Paoli. C’est terriblement beau et on comprend facilement pourquoi cette région corse ne s’ouvre pas facilement au touriste avec ses villages serrés sur eux mêmes aux seuls campaniles dressés vers le ciel comme des appels pour pardonner quelque péchés.

De Piedicroche vous continuerez la 71 sur la droite, passerez le Col de Prato aux abords rasés en vous méfiant des troupeaux en goguette, jettrez un œil au hameau de Stretta et comprendrez pourquoi il se nomme ainsi et en haut de la Bocca de Serna .. quitterez la « grande » route pour tourner à droite et rejoindre la 193 et la vallée du Golo .. ( l’ itinéraire le plus sympa : 1ère à Droite puis 1ère à Gauche ). Le tout est d’arriver avant le Ponte Nuevo car c’est juste après l’avoir passé sur la 193 que vous tournerez à gauche pour repartir vers l’inconnu. Passé Lento vous filerez .. enfin c’est un léger euphémisme … vers Murato par la D5 et le col de Bigorno .. grand moment de solitude. A Murato il ne vous restera plus qu’à prendre après le village la D162 sur la gauche puis la D62 également à gauche en direction de Rapale, Sorio et San Gavino pour ensuite après 11 kilomètres de désert et un superbe point de vue sur le barrage de Padula retrouver la route du Désert des Agriates et descendre sur St Florent boire une bière sur le port en disant qu’à Motards en Balade nous sommes tous fous !!

A ne pas louper :

- Là c’est simple … tout est merveilleux !
- On a toutefois une petite préférence pour le village de Lorento di Casinca
- Le hameau de Stretta et le col de Serna cela vaut aussi son pesant.
- La montée vers Lento et celle du col de Bigorno c’est magique.

La liaison Nord – Sud

Pour gagner le Sud en fait il y a trois possibilités.

- En 1 la route nationale du Centre par Ponte Leccia, Corte, le col de Vizzavona et Bocognano .. C’est sympa mais farci de camions .. c’est le grand axe de la Corse, tout le monde s’y retrouve et en saison au moment de traverser Vivario, pour peu qu’il y ait un semi devant vous ce n’est pas la joie !! 150 bornes pour relier Bastia à Ajaccio, comptez presque 3 heures.

- En 2 par la côte Orientale, les lignes droites qui vont vous emmener sur Aleria, Ghisonnacia et Solenzara avec au passage une petite incursion pour peu que vous aimiez les huitres vers l’étang de Diana et sa réserve naturelle. C’est triste à en pleurer sur le début du parcours et risqué pour vos points dès que vous dépassez Zara. C’est une bonne solution si vous voulez depuis Bastia gagner rapidement Porto Vecchio et Bonifacio, mais alors pourquoi n’avez vous pas pris le bateau qui vous emmènera directement à Vecchio ??? Bon, vous l’aurez compris nous n’aimons pas les lignes droites. 170 bornes de Bastia à Bonifacio .. comptez 3 heures malgré les lignes droites .. à cause des jumelles !!

- En 3 c’est coté occidental qu’il va vous falloir vous retourner, Nous aimons bien cette option même si elle est longue et va nous occulter complètement une possibilité de balade quand nous serons dans le sud car pour la rejoindre il va vous falloir suivre toute la côte de Calvi à Porto en passant par Galeria et les lagunes du Fango ( superbes ) .. et là vous n’êtes pas arrivés car cela fait 20 ans que je vois cette route en travaux !! Ensuite vous tomberez sur l’itinéraire des Chalanques ( voir nos routes du Sud ) pour gagner Ajaccio par Carghese et Sagone. C’est long, beau et limite dommage de le faire entre deux étapes. 300 bornes quand même pour lier St Florent à Propriano … alors là comptez la journée !!

Et puis il y en a une quatrième, que nous avons appréhendé un peu par hasard et qui nous a complètement scotchée. On va la suivre de St Florent à Ajaccio et là croyez moi c’est à chaque détour de grands moments de bonheur. On ne sent plus le poids des bagages et à certains endroits on en est à regretter que la route ne dure pas le temps des vacances.

- De St Florent on va repartir vers Calvi en reprenant le Désert des Agriates. Arrivé au bout on trourne à gauche pour prendre la Balanina jusqu’à Ponte Leccia. Attention à Ponte Leccia on fait le plein. 10 bornes de nationale en faisant gaffe aux radars pour arriver au croisement avec la D84 que l’on va prendre à droite et c’est là que commence les merveilles … La Scala de Sta Regina, Calacuccia et la retenue du barrage, la montée de Vergio et la forêt d’Aitone que des paysages magnifiques avant d’atteindre le croisement avec la D70 que l’on prendra sur la droite pour, par Vico et Sagone rejoindre la route de la côte qui nous emmènera jusqu’à la ville de Napoléon. 220 bornes en 5 heures avec les arrêts photos .. C’est un peu long mais quel bonheur.

Au prochain article on vous parlera de nos routes du Sud de l’île .. avec quelques surprises non répertoriées dans les guides !!

Au prochain article :

- Les Chalanques et le cœur de la Corse

- La route des mégalithes

- Sur les cîmes de la Corse

Bonnes balades.



Portfolio

JPEG - 612.6 ko JPEG - 579.8 ko JPEG - 652.4 ko JPEG - 674 ko

Météo

Nimes, 30, France

Conditions météo à 20h00
par weather.com®

19°C


  • Vent : 4 km/h - nord
  • Pression : 1011.2 mbar
Prévisions >>

Prévisions du 25 septembre
par weather.com®

Max
Min


  • Vent
  • Risque de précip.
<< Conditions  |  Prévisions >>

Prévisions du 26 septembre
par weather.com®

Max
Min


  • Vent
  • Risque de précip.
<< Prévisions