Essai accessoires : VERY GOOD TRIP(Y)

lundi 21 novembre 2011
par  Hippolyte Duhameau
popularité : 3%

Christophe, motard et utilisateur d’un GPS depuis pas mal d’années est vacciné Garmin. Il a eu un 550 puis maintenant un 660. Curieux de nature il a décidé d’essayer le Tripy II, cela tombait bien nous en avions un. Il nous relate ça et cet essai sur le vif se révèle fort instructif !!

Pourquoi essayer un Tripy alors que l’on possède déjà, avec le Garmin 660, l’un des meilleurs GPS du marché ? Eh bien par curiosité .. Et si je vous disais que la curiosité s’est transformée en addiction !!

Depuis plus d’un an, j’avais envie de voir autre chose que Garmin ou autre GPS provenant directement du monde automobile, envie de me démarquer et de sortir du lot des aliénés du GPS (dont j’étais) qui vivent leurs sorties par procuration a cause de celui-ci, ne regardent plus la route et n’entendent plus que la miss qui leur dit de tourner ou de faire demi-tour. Bref, j’avais l’impression d’être pris en otage par mon GPS.

Il faut dire aussi que les avis tellement opposés que j’avais lu au sujet du Tripy avais considérablement titillé ma curiosité. Les uns voulant le jeter aux orties après un premier essai, les autres ne jurant plus que par lui.
D’autre part la mini prise usb du Garmin 660 avait fini par se dessouder et je ne trouvais personne pour la réparer, donc pour transférer mes road books préparés sur l’ordinateur j’étais dans l’obligation de passer par la "minicard Sd" ce qui n’est pas vraiment pratique..

J’avais réussi à bâillonner Miss Garmin en renommant le fichier vocal, mais je ne supportais plus l’illisibilité de l’écran en plein soleil. et puis cet été la société offrait 100€ de reprise de votre ancien matériel pour l’achat d’un Tripy.
Mais je n’avais pas trop envie de me lancer dans le vide sans savoir de quoi il en retournait.

Coup de bol, l’Association "Motards En Balade" avait un Tripy 2 Europe en stock et n’a pas hésité à me le prêter pour deux bons mois. Largement le temps de m’en faire une bonne idée, entre des routes que je connais bien dans ma région et une grande virée dans le Jura et de pouvoir ainsi vous faire partager mon expérience.

Le TRIPY en détail ...

Au début, par rapport au Garmin, ça surprend : ce gros boitier rustique avec son écran noir et blanc sans carte… au secours !!!

Et il fait quoi ce Tripy ?

Avant de rentrer dans les détails sachez que Tripy fonctionne des manières suivantes :

Soit vous préparez votre parcours sur l’ordi et vous le transférez sur le Tripy.

Soit vous vous pointez devant les mains vides et vous lui dites que vous voulez aller à tel endroit (ville, rue dans une ville, hôtel, restaurant, bar etc..) en prenant l’autoroute, des routes rapides sans péage, des routes touristiques. Et c’est parti…

Dans la version actuelle et contrairement au Garmin, vous ne pouvez pas indiquer un numéro de rue.

Mes préférences vont à l’élaboration d’un parcours sur l’ordi ou bien lui donner le choix de m’amener à destination en prenant les routes touristiques
Attention : En mode "routes touristiques" ce qui correspond aux routes blanches sur la carte Michelin, il vous fait découvrir des itinéraires superbes (même si vous croyez connaître votre région) mais parfois limites suivant la moto (gravillons, herbe au milieu de la route, vaches…)

Alors c’est quoi un Tripy ?

En fait ce sont deux entités, le TripMaster , le boitier et le RoadMaster, le logiciel servant à élaborer les road books (le clone de Mapsource chez Gamin)
Autant le Garmin (ou autre) est un GPS « voiture » adapté à la moto autant le Tripy est un dérouleur de road books électronique avec suivi par GPS . Vous me direz, qu’on s’en doute un peu rien qu’en voyant son côté rustique.

Et comment ça marche un Tripy ?

La particularité du Tripy, c’est son système de « boules-flèches » (ce que possède aussi le Garmin en « tout petit » quand on appuie sur le bandeau quand on est sur la carte). En gros, le Tripy ne vous indique pas la route, mais seulement les changements de direction. Pour faire simple vous avez devant les yeux un écran bien assez grand ; ultra lisible quelque soient les conditions (plein soleil, nuit, ..), cet écran noir et blanc , ce qui est une qualité, est sans retro éclairage donc son contraste s’adapte automatiquement en fonction de la luminosité ambiante,. De nuit, l’écran s’éclaire et cet éclairage s’intensifie à partir de 500 mètres du prochain changement de direction (en fonction du paramétrage), constituant ainsi une aide précieuse. J’insiste car je pense que boules-flèches + lisibilité totale sont LES points forts du Tripy.

Et puis, on a le choix entre l’affichage sous forme de road book (« boule-flèche ») visualisable avec la distance jusqu’au prochain changement de direction, sous forme de carte ou de boussole. Si on s’écarte du bon chemin l’écran passe en mode carte puis en mode boussole et vous indique où vous vous trouvez par rapport au prochain point idéal. il suffit alors de repérer la prochaine intersection et de si rendre. Comme cela devient compliqué en ville du fait des nombreuses intersections, je passe systématiquement en mode carte à l’entrée d’une ville ce qui permet en fonction de l’échelle d’avoir une vision à plus long « terme ».

Avantages : Ils ne sont pas moindres !!

  • Navigation ultra lisible quelque soient les conditions grâce au large écran monochrome : le top.
  • Boîtier étanche.
  • Transportable facilement d’une moto à l’autre car pas de branchement électrique à prévoir (mais c’est faisable) vu que la batterie à 20 heures d’autonomie sans problème et que le boîtier est prévu pour être monté sur un support RAM, donc offre un vaste choix.
  • Paramétrage de toutes les fonctions,
  • Communauté d’utilisateurs qui met à disposition ses road-books,
  • Développeurs motards très réactifs et passionnés de leur produit. (réponse au mail sous 2 jours maxi) .
  • Inscription à la formation gratuite au Tripy tous les mardi que vous soyez ou non possesseur de Tripy (voir leur site internet)
  • Tripy n’est pas une multinationale avec le centre d’appel qui va avec, on a vraiment l’impression d’être en famille.
  • Gratuité des évolutions (cartes et logiciel)

Inconvénients : Mais si il y en a !!

  • Prix : on est en droit d’hésiter surtout face au Garmin 660.
  • Design d’un poste radio soviétique des années 70
  • Impossible d’improviser un itinéraire à la volée.
  • et
  • Pas de son, donc pas de bluetooth .
  • Pas d’écran tactile.
  • Pas de possibilité de se rendre à un numéro de rue.

J’ai mis ces 3 derniers points dans inconvénients, pour moi, qui prône la simplicité, ce n’en sont pas, si pour vous c’ est vraiment indispensable, alors n’achetez pas un Tripy.

Mon avis d’utilisateur :

En conclusion, je trouve que c’est un excellent outil vraiment pensé pour la moto ! Mais l’investissement est conséquent (même si on évite l’achat d’oreillette Bluetooth) et il ne faut pas se tromper car il est fait pour une utilisation spécialisée pour des utilisateurs « baroudeurs ».
Entendez par « baroudeurs », des gens qui aiment les toutes petites routes et même les chemins loin des grands axes , qui veulent être libre de ne pas faire demi tour et qui pour aller à un endroit donné préfèrent faire 900 km de petites routes (avec le temps que ça demande) plutôt que de faire 600 km de nationales et qui se mitonnent amoureusement un beau parcours aux petits oignons.

En bref, on est plus au Fast Food, on frise la gastronomie ... et là le Tripy n’a pas d’équivalent en terme de confort, de précision, de plaisir ... et de bon goût .. Pour qui sait l’apprécier !!

Pour Motards en Balade : Christophe J.




Portfolio

Fixation simple Usage

Commentaires

mercredi 30 novembre 2011 à 17h35

Ben alors, je suis épaté par votre article !!! Bravo !!! Si les "professionnels" de la presse avait testé le quart du tiers du concept Tripy comme vous l’avez fait, ils auraient des problèmes de production chez Tripy ! ;-)
Encore une fois, c’est pas parce que les multinationales du GPS imposent une loi unique qu’il n’existe pas de bonnes alternatives plus spécifiques au monde de la moto.
Petite rectification, le programme s’appelle RoadTracer Pro. Le GPS est aussi équipé d’enregistreur, de LapTimer (Chrono) et d’un vrai TripMaster qui ne laissent pas indifférents les amateurs de voitures anciennes, de quad ou de 4X4. Il est aussi possible de tracer sur Google Map dans le monde entier pour récupérer la trace gpx et l’intégrer dans le GPS Tripy II, pour les vacances exotiques :))
Sportivement,

Thierry Berte

mercredi 30 novembre 2011 à 17h34

Bonjour à tous les membres de ce site, que je ne connaissais pas et que je découvre via la société Tripy qui me fit parvenir l’expérience de Christophe 1 par "mail".
Je suis heureux de constater que, contrairement à bon nombre de motards expérimentés, il prit le temps de comprendre et d’assimiler le principe du Tripy. Il a raison, c’est un instrument génial qui ne vous oblige pas à avoir les yeux rivés sur l’écran de votre système de guidage.
C’est un instrument qui a aussi LA FONCTION CARTE comme les GPS ordinaires. Cette fonction est très utile en agglomération car elle est aussi munie d’un zoom passant de 100 m à 30 km.
MAIS cette fonction carte est plus précise que celle des Garmin.
En effet, je fais régulièrement des balades avec quatre amis "garministes" et en temps que "tripyien" (les qualificatifs ne sont peut-être pas adéquats, mais je trouve qu’ils "sonnent" bien Hahahaha) je constatai souvent que la précision de leur Garmin n’ y était pas car leur carte ne montrait pas que la route à suivre était parallèle à une autre (gauche ou droite) et c’est uniquement après quelques dizaines ou centaines de mètres qu’ils se rendaient compte qu’ils ne se trouvaient pas sur la bonne route.
Avec mon Tripy II, je restais immobilisé au carrefour le temps de les voir revenir et leur indiquer le bon chemin tracé par l’un d’eux et que je ne faisais que suivre.
Et oui, je vous le dit, un Tripy est plus précis qu’un GPS ordinaire car si vous tracez une route à travers un champ, il vous fera suivre cette route car c’est vous le "maître" du jeu.
Un Garmin ou n’importe quel autre gps recalculera la route pour éviter ce champ. Et oui, c’est une contrainte que les utilisateurs de gps doivent subir.

Le Tripy II possède aussi une fonction "recalcul" au cas ou vous auriez décidé de quitter l’itinéraire pour quelque motif que ce soit. Mais cette fonction ne démarre que si vous êtes éloignés d’au moins 2 km selon les indications de Tripy. Mais j’ai déjà eu un "recalcul" après 1 km. De toute manière, avec la fonction "carte" vous savez revenir sur l’itinéraire très facilement. Donc ce n’est pas un inconvénient.

Ah !!!!!!!!!!!!!!Oui, un Tripy II possède dans sa mémoire 520 Road Book pré-chargés, qu’on se le dise.

Je suis à votre disposition pour toute question quant à ce fantastique outil de balade pour vrais motards.

J-Cl VHT

mercredi 30 novembre 2011 à 17h32

Je confirme point par point les arguments de Christophe. En plus de la moto, j’utilise mon Tripy 2 pour les balades à vélo VTT (pas besoin de prise électrique), car le Tripy c’est plus que çà : Possibilité d’enregistrer des road books sur le terrain, même en tout-terrain, possibilité de transférer les R-B sur le PC pour les affiner (ou ajouter des commentaires, dessins ou symboles visibles sur l’écran lors de l’utilisation du road-book). Possibilité de scanner/charger des cartes topographiques de n’importe quelle échelle et provenance, etc.. etc... Bref un petit bijou qui se cache sous une apparence rustique mais combien solide. Très très fortement recommandé à ceux qui ne font pas de la moto comme ils font de l’auto...

f. Vleeracker

Météo

Nimes, 30, France

Conditions météo à 19h00
par weather.com®

18°C


  • Vent : 19 km/h - nord nord-ouest
  • Pression : 1011.5 mbar
Prévisions >>

Prévisions du 19 septembre
par weather.com®

Max
Min


  • Vent
  • Risque de précip.
<< Conditions  |  Prévisions >>

Prévisions du 20 septembre
par weather.com®

Max
Min


  • Vent
  • Risque de précip.
<< Prévisions


Sites favoris


1 site référencé dans ce secteur