Essai rétro : La Triumph 600 TT 4 cylindres ou l’histoire d’un flop !

lundi 1er mars 2010
par  Hervé
popularité : 3%

La 600 TT, des allures trop japonaises mais une machine attachante. Un essai du premier modèle arrivé en concession ...

Il y a peu de temps mon pote Alain Gallet m’a proposé de me vendre une machine qu’il avait dans son garage : La petite 600 TT Triumph qui avait fini aux mains de son fils Tommy à la seconde place du challenge 2002.

Cela faisait longtemps que je cherchais ce genre de moto pour aller m’arsouiller quelque peu avec les potes sur piste. L’occasion était trop bonne, bientôt la bestiole sera dans le garage. Certes je ne vais pas la pousser dans ses derniers retranchements comme le faisait ce diable de Tommy mais je pense que cela va être l’occasion de se faire quelques parties de plaisir.

Je vous raconterai.

En attendant, en fouillant, j’ai retrouvé ce papier que j’avais écris en 2000, juste au moment où Triumph a sorti la machine ..

De la 600 TT à la Daytona 650, en passant par le joli Speed Four aux allures de Street Triple actuelle, l’aventure des Triumph Hinckley 4 cylindres a duré 5 ans .. 5 ans de galère pour le constructeur britannique qui a tout essayé en vain pour rentabiliser sa chaine de production.

C’était pourtant de bonnes petites motos .. mais elle avait surement le pire des défauts pour des machines anglo-saxonnes : elles était trop "japoniaises" !!


Lance roqueTT e

Binosophe et Ribouldingue se rencontrent à la sortie de la chorale. Binosophe vient de se faire prêter une meule d’enfer, il veut absolument la montrer à Ribouldingue qui, c’est sûr, va en parler à tous ses potes … Binosophe est enchanté, la bécane est extra, mais tous les copains de Ribouldingue roulent en Tapakacéler 600 … Ah c’est dur le job d’essayeur !!

Et TT vraiment sûr que c’était une sportive ?

Quand elle est sortie de sa boîte, j’avoue que cette bécane ne m’ a pas fait tilter, avec son esthétique plutôt sobre, son phare style années 80, un couleur qui est au flashy ce que Catherine Deneuve est à la culture rap … somme toute une bécane assez commune .. Drôle de début pour celle qui est annoncée comme la 600 de l’année 2000 !!
Et puis au fur et à mesure qu’on la détaille, on s’aperçoit vite que cette moto sous sa robe un poil trop sobre, est en fait extrêmement fine et attire instantanément les regards … comme quoi le ramage …. Air connu !!

Et en plus TT Terriblement préservé du Troufignon

Tout à fait exact mon n’veu, dès les premiers tours de roues on s’aperçoit vite que tout a été conçu autour du pilote, privilégiant son confort et son bien être, sur cette 600TT on n’a pas à se préoccuper de trouver une position adéquate, elle vient naturellement et c’est sur la conduite qu’il est important de se pencher. Contrairement à certaines sportives pures et dures … que je ne citerai pas de peur de fâcher certains … 400 bornes au guidon de cette petite TRIUMPH ne présente pas une épreuve assimilable à une séance de torture digne des temps de l’inquisition !! On est assis dans la machine et on fait tout à fait corps avec elle, genoux s’inscrivant parfaitement dans la découpe du réservoir, selle confort et amortissement au top.

Et TT Tout le Temps resté sur la bécane ?

Le moins qu’on puisse dire c’est qu’elle Tient par Terre !
Même à une allure relativement réduite …. Rodage oblige …. Cette 600TT tient remarquablement le parquet et cela sera sans aucun doute le point fort de cette moto. Quelle que soit la route, départementale bosselée ou grand ruban billard, elle semble collé au sol et l’équilibre général de la machine fait que l’on se sent en totale sécurité. Au freinage l’arrière ne déleste pas et sans aller chercher sa limite, c’est une grande impression de sécurité qui ressort de cet essai. Si vous levez en courbe la bécane ne se relève pas et reste implacablement sur la ligne que vous lui aurez indiquée. La conduite de cette sportive ne relève pas de l’épreuve de force et le combat résidera essentiellement dans la vitesse de passage plutôt que dans le maintien du cap.

Et en plus TT content du freinage !

Top Top le freinage. Tant à l’avant - vous me direz avec le couple de 33 tours qui vous accompagne les soucis sont plutôt pour ceux qui vont vous suivre - qu’à l’arrière où le ralentisseur traditionnel fait place à un accessoire indispensable à la mise en ligne avant de rentrer en courbe, le freinage de cet engin se révèle redoutable, vous me direz je n’ai pas eu à l’utiliser en urgence mais je pense sincèrement que cela ne présente pas de problème compte tenu de la stabilité générale de l’engin et de son poids.

Et le moteur TT ravi du moteur !!

Le petit 4 pattes pousse velu. En rodage, sans dépasser 7000 tours, promesse à mon concessionnaire oblige, cela fait déjà une sacré impression. Certes il y a un énorme trou entre 3 et 4000 tours mais cela sera vite gommé avec l’adoption du pot qui va bien et de la carto adéquate, par contre dès le dépassement de cette zone fatidique … le miaulement de la bestiole vous invite à aller flirter avec la partie extrême du cadran de droite. Le berlingot a la santé et c’est une véritable cure de jouvence que de s’amuser avec lui. 400 bornes en Cévennes, même en rodage, mon pote Philippe et son 1100 R en est sorti écœuré, le reflet de mon feu arrière inscrit sur la visière de son ARAI !! J’imagine assez bien les impressions que cela va distiller dès que l’on pourra prendre jusqu’au 14000 de la zone rouge !!

Et ne me dis pas qu’après TT sur qu’elle va mettre la PaTTée aux nippons !!

Eh bien mon gars, après cette prise de contact et les diverses expériences que j’ai pu faire avec des 600 Sapétoku, il se pourrait bien que cette Anglaise mette allègrement la patée à quelques 600 aux yeux bridés, certes cette première impression est quelque peu faussée par mon souci de respecter les conditions du rodage, mais après avoir effectué un parcours que je connais fort bien et que j’ai pu apprécier avec toute sorte de bécanes plus sportives les unes que les autres, il ressort de cela que c’est incontestablement avec ce 600TT que j’en suis ressorti le moins cassé et surtout le moins stressé. Dans certaines enfilades qu’il m’est arrivé de prendre en apnée avec des machins en R, j’ai pu apprécier la redoutable efficacité de cette machine et surtout à aucun moment je n’ai eu la moindre impression de n’en être plus tout à fait le patron. Les sportives modernes sont souvent assimilables à quelque partie de roulette russe où l’on aurait mis 5 balles dans le calibre … Là c’est plutôt du coté de la foire du trône qu’il faut se tourner, manège sensation, sécurité maxi …… Sur circuit cela risque d’être encore mieux … mais là ce n’est plus mon domaine …

A près de 65000 balles le bout, ce qui est somme toute le price de n’importe quelle 600 hypersport japonaise, le TT de TRIUMPH semble super bien placé. De toute façon fallait pas que les Brittons se loupent car dans ce domaine cela ne pardonnerai pas … Je vous donne rendez vous dans quelques temps, quand j’aurais fini de roder la machine ..

D’ailleurs il me semble qu’il faut que j’aille faire un tour, cette andouille de Ribouldingue a oublié d’acheter du sel !!




Commentaires

Météo

Nimes, 30, France

Conditions météo à 03h00
par weather.com®

12°C


  • Vent : 0 km/h - N/D
  • Pression : 1012.5 mbar
Prévisions >>

Prévisions du 21 septembre
par weather.com®

Max
Min


  • Vent
  • Risque de précip.
<< Conditions  |  Prévisions >>

Prévisions du 22 septembre
par weather.com®

Max
Min


  • Vent
  • Risque de précip.
<< Prévisions


Sites favoris


1 site référencé dans ce secteur